1.7 Changements climatiques

A partir des données analysées par les spécialistes des nombreuses sciences annexes à l’archéologie, il est possible de dresser le schéma d’une évolution continue du paysage et du climat lors des différentes périodes.
Le climat évolue, avec ou sans les activités humaines. Grâce au travail minutieux des sédimentologues, l’évolution climatique et environnementale depuis la fin de la dernière glaciation jusqu’à nos jours est mieux connue. Le passage climatique le plus marqué dans les sédiments est celui observé entre les dépôts des graviers et lœss laissés par la dernière glaciation et les limons des périodes postglaciaires.
Les charbons de bois étudiés par les anthracologues, les pollens retrouvés dans les couches archéologiques et étudiés par les palynologues, sont les reflets de la composition des forêts et des cultures exploitées par l’homme au cours du temps, ces dernières étant dépendantes du climat. De plus, année après année, tout au long de son existence, l’arbre produit un cerne supplémentaire plus ou moins large en fonction des saisons et du lieu. L’analyse de ces cernes par les dendrochronologues permet non seulement de percevoir les variations saisonnières et annuelles du climat, mais peuvent également servir à la datation précise des bois, en particulier quand il s’agit de chêne.
Les mollusques, quant à eux, sont très sensibles aux variations de température et d’humidité et constituent ainsi de très bons marqueurs des conditions climatiques.
Le tableau synthétique qui résulte de toutes ces analyses permet de mieux comprendre la relation entre l’environnement et l’Homme.