1.9 Vivre et mourir

L’étude des restes osseux humains permet de déterminer des caractéristiques physiques liées à la génétique et à l’alimentation et, parfois, d’observer des anomalies qui renseignent sur les lésions organiques survenues du vivant de l’individu et responsables de son décès.
L’activité physique, l’alimentation, les maladies et les coups laissent des stigmates sur le squelette, qui fournit également des informations sur la vie de l’individu lors de ses années de croissance. Les anomalies observées peuvent être classées en quatre pathologies principales:
-pathologie traumatique : fractures, coups.
-pathologie articulaire : arthrite ; maladies articulaires dégénératives (arthrose), qui peuvent aller de la dégénérescence normale, liée à l’usure, jusqu’à la restriction des mouvements, douloureuse et handicapante, et à la déformation.
-pathologie dentaire : caries. Les carences alimentaires en étaient la cause principale, pouvant aller jusqu'à entraîner la perte des dents.
-pathologie infectieuse : cancer. On trouve parfois sur des squelettes des lésions osseuses secondaires liées à une infection des tissus mous du voisinage. Par exemple, le squelette de la tombe 2 d’Alle-Noir Bois présente des traces manifestes de lésions dégénératives, où une lésion sur le tibia de la jambe gauche indique une infection systémique ou peut-être un cancer.