2.1 Le Jura, ancien district sidérurgique

Si la métallurgie a commencé avec le cuivre et le bronze, c’est avec le fer que le Jura connait un essor dans cette industrie. Les fouilles de l’A16 ont permis de mieux connaître cette exploitation dans des époques reculées, notamment au Haut Moyen Age.
Le Jura possède tous les éléments essentiels à la production sidérurgique, à savoir du minerai, de l’argile, de l’eau et du bois. Les tonnes de déchets retrouvés, tels que scories, parois de fourneau ou battitures démontrent que toutes les étapes de la chaîne opératoire, du minerai brut jusqu'aux objets finis, furent réalisées dans la région.
La production du métal débute par l’extraction du minerai sous la forme de petites sphères, appelées pisolithes, récoltées en surface ou à faible profondeur. Après lavage, concassage et grillage, le minerai subit une opération de réduction dans un bas fourneau bâti en pierres et en tuiles recouvertes d’argile sableuse, tel ceux de Boécourt-Les Boulies et de Chevenez-Lai Coiratte. La cuve ainsi formée est ventilée par une ou plusieurs tuyères pouvant être actionnées par des soufflets. Du charbon de bois est utilisé comme combustible pour réduire le minerai. La température du four n'atteint pas une température suffisamment haute pour permettre au fer de se liquéfier : seule la scorie entre en fusion et s’écoule hors du fourneau. Le fer, quant à lui, reste pâteux et se dépose au fond de la cuve pour former une structure vacuolaire : l’éponge. Pour être forgeable, l’éponge de fer devra ensuite être épurée.

Scorie

Scorie coulée faisant partie de la dernière coulée du bas fourneau 2. Cette pièce démontre qu’elle s’est écoulée dans une forte pente, entraînant la formation de vaguelettes, avant que la scorie liquide n’atteigne le fond de la cuvette, devant le fourneau, et formant alors une plaque plus lisse.
Datation: Haut Moyen Age, 7e siècle.
N°Inv. : BOE-cat n°411-BO
Référence : CAJ 3, p. 71.

Image: 
Scorie coulée