Hors-jeu olympique à Lausanne

Sur le chantier des nouveaux bâtiments administratifs du Comité international olympique (CIO), les archéologues ont mis au jour les vestiges du port romain de Lousonna, dont l’emplacement exact était jusqu’alors inconnu, mais dont on ne pouvait que pressentir l’existence vue l’importance de la navigation pour le transport des marchandises à l’époque romaine. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que sur la Table de Peutinger, unique copie d’une carte romaine du IVe siècle, le lac Léman est nommé Lacus lausannensis. Vu l’emplacement choisi pour le futur siège du CIO sur les berges du lac, non loin à l’ouest des ruines connues de Lousonna et à deux pas du Musée romain de Vidy, on peut s’étonner que des investigations plus précoces n’aient pas été entreprises sur les 24’000 m2 de la surface prévue pour l’édification de ce bâtiment pour permettre aux archéologues de prendre le temps de dégager ces vestiges important pour l’histoire de la localité. De la céramique, plusieurs monnaies et des pilotis en bois et des enrochements de quai figurent parmi les objets découverts sur le site situé sur les berges de Vidy à Lausanne. Lieu de rupture de charge, le vicus gallo-romain de Lousonna profitait alors d’une situation stratégique privilégiée, à la fois portuaire et routière, propice au transfert de marchandises entre les bassins fluviaux du Rhône et du Rhin.
CIOVidy
Le nouveau siège du CIO prévu à Lausanne (Image : 3XM)

C’est la raison pour laquelle Denis de Techtermann, le président de la section vaudoise de l’association Patrimoine suisse, a exprimé des regrets concernant ce dossier. En effet on peut s’étonner que des dispositions n’aient pas été prévue par les maîtres d’œuvres pour préserver et mettre en valeur, autant que faire se peut, les traces du passé de Lausanne, dont l’existence et le nom dérive directement de ces installations portuaires. Alors qu’à Rome ou à Athènes, deux villes qui ont accueillis les Jeux Olympiques, et dont les infrastructures nécessaires comme le métro, ont permis la découverte de précieux témoins de l’Antiquité on a su intégré les éléments du passé dans les constructions, quitte à prendre du retard dans le planning des chantiers, il semble qu’à Lausanne aucune directive particulière n’aient été prise dans ce sens. Au contraire, sous prétexte de préservation des intérêts privés, ceux du CIO, il est hors de question pour les autorités de faire prendre à la construction, devisée à 160 millions de francs, le moindre retard, ni même de demander aux architectes danois du bureau 3XN de revoir leur projet pour y intégrer d’une manière ou d’une autre les éléments significatifs de ce patrimoine, comme a su si bien le faire, l’architecte Bernard Tschumi, lors de la construction du nouveau Musée de l’Acropole à Athènes. Selon Jan Ammundsen, l’un des architectes partenaires de 3XM, le nouveau siège du CIO a été conçu selon les trois éléments clés :  mouvement, flexibilité et durabilité. Manifestement, en restant sourd et immobile envers les critiques de Patrimoine suisse, en ne voulant pas modifier les bases du projet et en ne contribuant pas d’une manière ou d’une autre à la sauvegarde d’un patrimoine millénaire, le projet du CIO manque à l’évidence de ces trois éléments et doit être dénoncé hors-jeu.

La Fedpol délaisse le trafic des biens culturels

La semaine dernière l’Office fédéral de la police (Fedpol), dirigé par Nicoletta della Valle, avait convoqué une conférence de presse à l’occasion de la publication de son dernier rapport annuel. Parmi les éléments principaux à retenir pour l’année 2015, l’importance donnée au terrorisme, mais aussi à la cybercriminalité et au blanchiment d’argent, des domaines criminels qui ont fortement augmenté. Dans ce rapport on peut lire, entre autres, que « l’Etat Islamique (EI) pratique un racket organisé (une soi-disant imposition) sur le territoire qu’il occupe et administre à la manière d’un Etat. Il se procure des fonds par le biais de cambriolages de banques, de brigandages et d’expropriations. Il tire ses revenus de l’agriculture, du contrôle et du commerce de matières premières et du pillage et de la vente de biens culturels ». En relation avec ce dernier aspect, la Suisse est a priori bien préparée. En effet, demain, 1 juin 2016, cela fera exactement 11 ans que la loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (LTBC) aura été mise en vigueur. Si bien que nous sommes prêts, légalement, à faire face à toutes les tentatives de l’EI à se procurer des ressources financières par ce biais. Cependant, rien n’est moins sûr.
TabletteEgyptienne
Tablette restituée à l’Egypte (Photo : © Ministère public genevois)

Pour endiguer le trafic de biens culturels il faut aussi avoir des policiers aptes à pouvoir reconnaître les objets susceptibles de provenir de ce trafic. Or, Jean-Robert Gisler, le seul archéologue employé actuellement par la Suisse pour coordonner la lutte contre le trafic de biens culturels avec les partenaires internationaux prendra prochainement sa retraite et personne n’est prévu pour le remplacer sous prétexte d’économie et de restructuration en cours à l’Office fédéral de la police. Comme cela a été dit de manière succincte lors de la conférence de presse de la Fedpol relayée par l’ATS, « la lutte contre le terrorisme passe aussi par une plus grande flexibilité et la fixation de priorités, a expliqué Mme della Valle. 24 nouveaux postes ont été promis mais, programme d’économie oblige, fedpol devra mettre la pédale douce dans d’autres domaines comme les stupéfiants ou l’archéologie ». Comment croire, alors que la Fedpol annonce de nouvelles arrivées, qu’un seul poste d’archéologue, dans un office qui ne compte pas moins de 350 collaborateurs, est un luxe que la Suisse n’est plus apte à s’offrir ? France Desmarais, directrice de l’observatoire du trafic international des biens culturels auprès du Conseil international des musées (ICOM) annonce dans son fil Twitter le ressentis des spécialistes du domaine : « La Suisse abolira le poste d’archéologue au sein de son service de police. Perte d’une expertise précieuse. Dommage! ». Pour preuve : l’Office fédéral de la culture et l’Administration fédérale des douanes ont procédé à 382 contrôles de biens culturels en 2015. Une trentaine de ces contrôles ont débouché sur l’ouverture d’enquêtes par les procureurs cantonaux. Enfin, depuis l’entrée en vigueur de la LTBC en 2005, 85 condamnations ont été prononcées en Suisse, comme le seront sans doute les personnes impliquées dans la procédure pénale ouverte pour escroquerie par le Ministère public genevois pour le vol d’une tablette des sept huiles sacrées, restituée à l’Egypte le 2 mars 2016. Un archéologue parmi les policiers, n’est-il vraiment pas nécessaire ?

Mémoire 21 Valais-Wallis, la fin du début

Après deux années de réflexion, de discussion et de concertation entre spécialistes, dans le cadre des Etats généraux du patrimoine historique enfoui et bâti, Claire Epiney-Nicoud, présidente de l’Association valaisanne d’archéologie (AVA-WAG), cheville ouvrière du projet, a pu présenter à la population le plan d’action pour la sauvegarde du patrimoine. Ce plan a été remis officiellement jeudi 28 avril à la conseillère d’Etat Esther Waeber-Kalbermatten dans le cadre solennel de la Salle du Grand Conseil à Sion. Ayant pu suivre le projet « Mémoire 21 Valais – Wallis » depuis ses débuts, je ne voulais pas manquer cette occasion d’en prendre connaissance en primeur, avant sa publication prévue au mois de juin.  Ce plan a été structuré en sept défis (société, gouvernance, protection intégrée, recherche, conservation, médiation et promotion), réparti en dix lignes directrices d’action. Il en résulte un plan d’action qui s’organise autour de trente-deux mesures à réaliser par étape dans les dix années à venir. Parmi les éléments à retenir, il faut savoir que le patrimoine historique est une ressource non renouvelable, au même titre que certaines ressources naturelles, et à l’exemple de la sauvegarde de la biodiversité, on doit envisager la notion d’archéodiversité, immobilière ou mobilière, constituée de sites archéologiques, de monuments, d’artefacts, d’archives et de documents scientifiques. Une faible promotion du patrimoine historique auprès de la population entraine un manque de compréhension et de soutien, soit en définitive, une perte de légitimité.
Memoire21Sion
Stèle néolithique du Petit-Chasseur à Sion (Photo : Mémoire 21)

En recevant officiellement ce rapport stratégique, au nom des autorités cantonales, la conseillère d’Etat nous a donné l’espoir dans son message que ce document  « n’est pas le terme mais le début d’un processus ». Bien que parfois difficile à reconnaître, le patrimoine historique enfoui et bâti du Valais peut s’appuyer sur des bases légales solides, comme le démontre l’évaluation présente dans le rapport de la Commission archéologie et aménagement du territoire de l’association Archéologie suisse. L’exemple valaisan est donc utile pour les autres régions du pays, car les bases stratégiques font encore défaut en Suisse pour la protection du patrimoine. Mais, comme l’avertit dans son message Nina Mekacher, représentante de la section Patrimoine culturel et monuments historiques de l’Office fédéral de la culture, « bien des stratégies restent lettre morte ». Le plan d’action doit donc être poursuivit avec persévérance et avec le soutien des acteurs privés et publics. En ce sens le projet « Mémoire 21 Valais-Wallis » va tout à fait dans la direction envisagée par la Déclaration de Namur, adoptée le 24 avril 2015 lors de la 6ème conférence des ministres du patrimoine culturel du Conseil de l’Europe, qui dans son article 2 précise que : « Le patrimoine culturel est un élément constitutif primordial de l’identité européenne ; il relève de l’intérêt général et sa transmission aux générations futures fait l’objet d’une responsabilité partagée ; il est une ressource unique, fragile, non renouvelable et non délocalisable ». C’est aussi pour cette raison que le domaine « relations publiques et médiation culturelle » a été fixé comme l’un des nouveaux axes prioritaires du Message culture de la Confédération pour la période 2016-2020, et dans cette perspective, la démarche entreprise par le canton du Valais est vraiment pionnière et novatrice. Mais il ne suffit pas d’avoir des idées, il faut encore se donner les moyens financiers pour les réaliser. Ce n’est donc que la fin d’un début prometteur. A suivre !

Être Ami des Musées ou ne pas être

Ce mois de mars qui se termine aura été marqué pour moi par ma participation à différentes assemblées générales des nombreuses sociétés d’amis des musées dont je suis membre. Ayant été élu lors d’une de ces assemblées générales à la présidence de l’une de ces associations, je me dois, en tant que nouveau président, de me poser la question de la place qu’une telle organisation doit prendre auprès du Musée, qui dans mon cas est consacré à l’archéologie. Pour cela, il faut d’abord se pencher sur les statuts d’une telle association. Un rapide tour d’horizon des buts permet de constater qu’une telle société vise généralement à réunir les personnes qu’intéresse l’archéologie, à soutenir et promouvoir les activités du Musée et à faire connaître les collections qu’il abrite en participant à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine archéologique local. Je prends ainsi conscience du rôle d’ambassadeur qui m’est dévolu pour concourir au rayonnement de cette association et à tout l’engagement qu’il me faudra mettre en œuvre pour organiser au mieux la collaboration entre le Musée et la société des Amis que je préside dorénavant.

FMAM

Sigle de la Fédération des Amis de Musées (FMAM)

Au-delà du cas particulier que chaque société d’amis de musée prise individuellement entretient avec son institution de référence, j’ai découvert qu’il existait une organisation faîtière de ces organisations : la Fédération Mondiale des Amis de Musées (FMAM) dont est membre actif, entre autres, la Fédération Française des Sociétés d’Amis de Musées (FFSAM). Cette dernière regroupe actuellement 290 sociétés d’amis de musée de France. L’un des premiers rôles de la FMAM fondée officiellement en 1975 consiste à cultiver des lignes de communication entre les associations membres et à promouvoir l’idée des Amis de musées à travers le monde. Elle tient une Assemblée Générale chaque année, ainsi qu’un Congrès international qui a lieu tous les trois ans dans différents endroits du monde. Depuis 1989, la FMAM est reconnue par l’UNESCO comme une Organisation Non Gouvernementale. En 1996, elle adopte un Code d’Ethique des Amis et Bénévoles des Musées. Le document contient les principes fondamentaux que chaque membre doit observer lorsqu’il agit au nom de son association. Le Code d’Ethique de la FMAM est officiellement approuvé par le Conseil international des musées (ICOM), à tel point que deux articles qui reconnaissent le rôle des Amis et qui promeuvent une action commune sont inclus dans le Code de déontologie de l’ICOM pour les musées. La FMAM compte aujourd’hui 18 Membres Actifs qui sont comme la FFSAM des fédérations nationales, et 27 Membres Associés (associations individuels ou groupes) qui ensemble représentent deux millions d’amis des musées et de volontaires ce qui lui permet de jouer un rôle important dans le monde de la culture. Dois-je envisager à affilier la Société des Amis que je préside à la FMAM ou pas ? Telle est la question !

Pas à pas dans le passé de la Suisse

Donner un aperçu des découvertes archéologiques réalisées dans les cantons suisses en se baladant sur le terrain, tel est l’ambition que s’est donnée la collection « Le passé pas à pas » (en allemand : Ausflug in die Vergangenheit) des éditions Librum Publishers. Son directeur-fondateur, Dominique Oppler, a commencé son activité éditoriale en 2012, après avoir réalisé un rêve d’enfance en faisant des études d’archéologie à l’université de Fribourg et de Bâle. La série qu’il a créé est avant tout destinée au grand public, en particulier aux familles qui aiment les randonnées et qui veulent découvrir, chemin faisant, des sites et des lieux témoins du passé, de la préhistoire au Moyen-Age, et leur insertion dans l’environnement d’aujourd’hui.  En plus de l’archéologie et de l’histoire proprement dites, le concept éditorial aborde également des aspects concernant la géologie, l’histoire du paysage, la transformation de la végétation et de la faune. Comme il s’agit avant tout d’un guide de randonnée, tous les aspects pratiques des balades sont abordés comme la longueur et la durée des parcours, les transports publics utilisables, les musées visitables, et les lieux de restauration. Le format des volumes de la collection n’étant pas fait pour être mis dans la poche d’un randonneur, l’éditeur a prévu que toutes les balades peuvent se faire également à l’aide de l’application « GPS-Tracks » téléchargeable sur un smartphone ou une tablette de type Apple ou Android, qui permet de se diriger d’un point d’intérêt à un autre grâce aux cartes topographiques fournies et affichées sur l’écran de l’appareil.
AusflugVergangenheit
Couvertures des deux premiers volumes de la série

Le premier volume de la série, paru en 2014, présente les sites du canton de Bâle-Campagne, et le second celui des cantons de la Suisse primitive: Uri, Schwyz, Obwald et Nidwald. Le prochain volume, consacré au canton de Zurich, sera publié au printemps 2016 et devrait servir de base à la nouvelle exposition permanente sur l’histoire du canton de Zurich prévue dans la nouvelle annexe du Musée National dont l’ouverture est annoncée en 2017. Sur cette lancée, les volumes de Berne et de Soleure sont en cours de rédaction, et, par voie d’annonces dans la revue AS, des rédacteurs sont d’ores et déjà engagés pour les cantons d’Argovie, de Zoug, de Lucerne, du Valais, de Vaud, de Genève, de Neuchâtel ainsi que pour la Suisse italienne et le site d’Augusta Raurica. Ce projet concernant toute la Suisse, reçoit le soutien financier de l’Office fédéral de la Culture (OFC), des cantons et de fondations privées. L’aspect novateur de l’approche éditoriale, alliant le livre et aux nouveaux médias, répond tout à fait à la nouvelle tendance de la promotion touristique en général. De plus, pour les enseignants des écoles primaires, un support didactique et pédagogique est en voie d’achèvement et devrait leur permettre de préparer leur cours et leurs futures courses d’écoles avec les connaissances acquises dans cette collection.

L’Homme évolue, son musée aussi

Le Musée de l’Homme, qui était fermé depuis mars 2009, a été rouvert au public le 17 octobre 2015 dans les locaux rénovés du palais de Chaillot au Trocadéro. C’est sous le slogan des panneaux d’affichage «L’Homme évolue. Son musée aussi» que j’ai été amené à le visiter lors de mon dernier séjour à Paris. Le nouveau parcours muséographique, qui se déroule sur trois niveaux, a été complétement inscrit dans un grand espace lumineux où de majestueuses vitrines en verre servent d’écrins transparents aux objets exposés. A ces trois strates de circulation correspondent trois questions fondamentales : Qui sommes-nous ? à la base, D’où venons-nous ? au milieu et Où allons-nous ? au sommet. La première question cherche à donner une définition de l’être humain. Qu’est-ce qui nous différencie mais aussi nous rapproche des 8,5 millions d’autres espèces animales qui peuplent la Terre ? La réponse à la deuxième question passe par l’histoire de la ramification des lignées humaines du genre Homo il y a 2,5 millions d’années, jusqu’à la révolution du néolithique qui apporte des changements profonds dans la manière de vivre des hommes. Enfin, la dernière question, à laquelle on ne peut pas donner de réponses, sinon formuler d’autres questions, nous renvoie à l’avenir de notre espèce dans un environnement que nous transformons et qui nous transforme. Dans un monde globalisé, quelle est le devenir de nos sociétés et la place de nos cultures ? Comment 8 milliards d’humains au présent, voire plus dans le futur, peuvent et pourront vivre ensemble sur une planète aux ressources limitées ?
MuseeHomme
Entrée de la Galerie de l’Homme

En plus de l’itinéraire à suivre de l’exposition permanente mise en scène dans les 2500 m2 en open-space de la Galerie de l’Homme, d’autres zones sont offertes à la curiosité du public : le Balcon des Sciences, qui présente l’actualité de la recherche, des salles pour les expositions temporaires, le centre de ressources documentaires Germaine Tillion et l’auditorium Jean Rouch. Le Musée de l’Homme constitue aussi un centre de recherche sur l’évolution humaine. Une équipe de 150 chercheurs se consacrent à l’étude biologique de l’Homme et à son évolution. L’institution est ainsi portée à rassembler de nouvelles connaissances qui doivent être accessibles au public. C’est pour cela qu’une équipe de médiation très importante a été constituée autour du Musée de l’Homme, qui a été intégré au vaste complexe du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN). Comme l’a révélé Stéphanie Targui, cheffe du Service Multimédia du MNHN, dans son intervention du 20 janvier 2016 dans le cadre des conférences du salon des professionnels des musées « Museum Connections », les objectifs de la stratégie numérique visent à prolonger la mission de diffusion des connaissances, à inciter à la visite du monument et de ses expositions et à développer la présence du Musée de l’Homme sur Internet en l’inscrivant dans l’univers numérique du MNHN. Pour ce faire, un site Internet évolutif et participatif « lhommeenquestion.fr » a été mis en place pour servir de réceptacle aux questions que peuvent avoir les visiteurs avant ou après leur visite, par exemple celle-ci : Combien de langues sont parlées dans le monde ? L’année 2016 devrait voir se poursuivre l’ambitieux projet éditorial de cette plateforme grâce à des partenariats et à des coproductions visant à la création d’une application mobile de visite de l’exposition permanente, de cours en ligne de style MOOC, et d’une série animée sur les thèmes évoqués par les questions du site Internet.

Lascaux 3 en Suisse

Une exposition consacrée à Lascaux se tient à Genève à Palexpo du 2 octobre 2015 au 17 janvier 2016, après être passée en France, aux Etats-Unis, au Canada et en Belgique, et avant de s’envoler pour la Corée du Sud et le Japon. Ce projet a été réalisé par le Conseil général de la Dordogne, avec la participation financière du Conseil Régional d’Aquitaine, du Ministère français de la Culture et de la Communication et de l’Union européenne. Pour rappel, la grotte de Lascaux, découverte en 1940, a été fermée au public en 1963 par André Malraux, alors ministre de la culture, à cause des détériorations provoquées par la présence humaine sur les fragiles peintures préhistoriques. La présente exposition constitue en fait un Lascaux 3, faisant suite à la reconstitution qui se trouve près de la grotte de Lascaux dans le Périgord. Les visiteurs peuvent découvrir les panneaux grandeur nature dans une grotte dont l’éclairage a été créé de manière à reproduire celui des lampes à huiles et des torches utilisés par les hommes de Cro-Magnon, il y a 20’000 ans. Ces panneaux représentent des parois ornées de la Nef et de la scène du Puits, dont deux sont inédites: – Le Panneau de l’Empreinte – La Vache Noire – Les Bisons adossés – La frise des Cerfs – La scène du Puits. Les restaurateurs ont utilisé les mêmes pigments que les artistes de Lascaux. Le support est une coque de résine sur lequel est appliquée une partie minérale. Des moulages d’objets originaux de Lascaux (pointes, sagaies, la célèbre lampe en grès rose…), ainsi que des reconstitutions anatomiques d’une famille de Cro-Magnon réalisés par l’atelier Elisabeth Daynès sont également présentés. À partir d’un modèle virtuel de la grotte, composé de milliards de points géo-référencés relevés au laser, le réalisateur Maurice Bunion a conçu un film en 3D, que les visiteurs pourront voir avec des lunettes et qui sera projeté sur un écran spécial.
Lascaux3ExpoR
Immersion technologique dans Lascaux 3 (Photo : Denis Nidos)

Le recours à des substituts, des copies, des fac-similés, des reconstitutions, est parfois une nécessité. La visite d’un site comme Lascaux n’est simplement pas possible. Ce n’est pas le seul site inaccessible. Que l’on songe à ces autres monuments de l’art pariétal que sont les grottes de Chauvet ou la grotte de Cosquer. Les musées recèlent aussi de nombreux objets qui ne peuvent pas être exposés ou seulement pour des périodes limitées. D’autres ne peuvent pas être transportés, car trop fragiles. Le substitut constitue donc un moyen de présenter ou de faire connaître de telles oeuvres. Il est évident que la présence de l’original peut provoquer une émotion intense, alors qu’une copie permet simplement d’en prendre connaissance. Comme on le voit avec la recréation de l’éclairage d’origine ou un film en 3D dans cette nouvelle exposition consacrée à Lascaux, les nouvelles technologies permettent aussi de faire de la visite d’un fac-similé une expérience inoubliable. La réalité augmentée permet même d’ajouter ce que le temps a effacé. Dès lors, il ne s’agit plus de simples copies, mais de substituts prolongeant le réel. Le danger de ces technologies est sans doute de banaliser la réalité, de la rendre inintéressante face à l’immersion dans un univers virtualité. En même temps, elles permettent de mettre en valeur le patrimoine dans un grand public de plus en plus habitué aux grandes sensations du cinéma 3D.

La parenté révélée de l’homme du Bichon

La grotte du Bichon près de La Chaux-de-Fonds est célèbre pour avoir livré en 1956 le squelette presque complet d’un Homo Sapiens et d’un ours brun qui ont vécu ensemble il y a 13’700 ans. A la suite de la découverte, en 1991, par le regretté Philippe Morel, d’un fragment de silex fiché dans une des vertèbres de l’ours provenant d’une pointe de flèche pouvant appartenir à la panoplie du chasseur retrouvée dans la grotte, l’association de l’homme et de l’ours dans la même cavité a pu être interprétée comme le résultat probable d’un accident de chasse. Pour les archéologues, l’importance de la découverte est encore augmentée par l’excellent état de conservation des ossements de l’homme du Bichon : pour son époque, qui correspond à l’Azilien, ce squelette préhistorique est, en Europe, l’un des mieux préservés dans son ensemble. Cette excellente conservation due à l’enfouissement dans la grotte à l’abri des intempéries a permis l’analyse de son ADN à partir d’un échantillon prélevé dans son crâne.
HommeBichon
Le crâne de l’homme du Bichon

Le Laboratoire d’archéozoologie de l’Université de Neuchâtel, dirigé par Werner Müller, a été associé à une vaste étude internationale d’environ 700 squelettes humains portant sur l’évolution des populations qui ont donné naissance aux Européens actuels. Outre l’homme de la Grotte du Bichon, les scientifiques ont pu analyser deux génomes humains provenant de Géorgie et datant de 13’300 et 9’700 ans. Les résultats ont été publiés récemment dans la revue Nature Communications. Il en ressort que ce ne sont pas trois populations humaines mais quatre populations qui sont à l’origine des Européens d’aujourd’hui. L’étude indique que les chasseurs-cueilleurs du Caucase se sont séparés des chasseurs-cueilleurs de l’Ouest du continent il y a près de 45’000 ans, puis des ancêtres des agriculteurs néolithiques il y a environ 25’000 ans. Selon les archéozoologues, les deux chasseurs-cueilleurs du Caucase présentaient un teint de peau plus clair que l’homme de la grotte du Bichon. Tous trois avaient en revanche les cheveux noirs ou foncés, et les yeux bruns, comme l’ont révélé des gènes responsables de la pigmentation. Les gènes de l’homme du Bichon sont encore bien représentés dans les populations du nord de l’Europe mais plus du tout au sud. Les gènes des deux individus du Caucase sont en revanche présents dans toute l’Europe occidentale et seraient arrivés chez nous à la fin du Néolithique par le biais de la migration des Yamnas une population dont l’ère d’origine se trouve au nord de la mer Noire et qui serait à l’origine de la Civilisation de la Céramique Cordée il y a 5000 ans.

De part et d’autre de la Grande Muraille

Au Laténium, parc et musée d’archéologie de Neuchâtel, à Hauterive, vient de s’ouvrir une nouvelle exposition temporaire consacrée à l’archéologie de la Mongolie. Intitulée « Derrière la Grande muraille » cette présentation s’articule autour de la confrontation entre 209 avant J.-C. et 220 après J.-C. de l’empire chinois dirigé par la dynastie Han, héritière de Qin Shi Huangdi, premier empereur de la Chine, et, les Xiongnu, peuple nomade des steppes de Mongolie, qui en parallèle fonde le premier empire nomade. Résultat de cinq années de préparation, le rapprochement de ces deux cultures donne à voir un grand nombre d’objets d’art issus de collections suisses et françaises. A l’art animalier propre au monde des steppes répond un art mobilier particulièrement riche et somptueux enfouis dans les tombes monumentales que Xiongnu et Han édifièrent sur leurs territoires respectifs. Focalisé sur la présentation en parallèle de ces deux cultures, le titre de l’exposition aurait tout aussi bien pu s’intituler « De part et d’autre de la Grande Muraille ».
GrandeMuraille
Maquette de la construction de la Grande Muraille

La Grande Muraille, dont la construction débute dès le 7e siècle avant J.-C. , soit bien avant le règne de Qin Shi Huangdi, et qui sera régulièrement entretenue et renforcées jusqu’au 17e siècle, devait empêcher l’infiltration des barbares venus de Mongolie dans l’empire chinois. Mais en regard de l’histoire, cette construction monumentale apparait plutôt comme un point de convergence entre ces deux cultures qu’un véritable obstacle. A preuve, les différentes Routes de la Soie, qui partant de ces deux empires traversent l’Asie Centrale, et qui permettaient aux uns et aux autres de relier les rivages de la Méditerranée distante de 8000 km. L’exposition du Laténium donne également l’occasion de présenter le résultat des trois campagnes de fouilles d’un habitat xiongnu, menées entre 2005 et 2007 à Boroo Gol en Mongolie, par une mission archéologique helvetico-mongole dirigée par Denis Ramseyer, conservateur adjoint du Laténium et commissaire de l’exposition, dont ce blog s’était fait l’écho en son temps.

Horizons 2015 : Le bilan Final

Selon ses organisateurs, le projet « Horizons 2015 » avait pour objectif d’encourager la collaboration entre les diverses institutions et organisations intervenant dans l’archéologie suisse. A la suite du colloque initial de 2010 et du bilan intermédiaire de 2013, la rencontre finale a eu lieu le 11 septembre 2015 sur le thème « résultats et perspectives ». La question des outils numériques utilisés par les milieux de l’archéologie suisse destinés à l’information du grand public était la problématique que le groupe « Nouvelle Technologie et médias », que j’ai pris en charge, a voulu aborder durant les cinq années du projet Horizons 2015. A l’heure du bilan final, nous n’avons pas pu constater beaucoup de changements dans l’architecture des sites Internet des archéologies cantonales, qui en raison de la structure fédérale du pays demeurent la principale porte d’accès de l’information archéologique numérique en Suisse. La grande majorité des sites se développe sous la forme de « brochures », dont la structure est plus ou moins riche, selon qu’elle présente des « Frequent Ask Question », des « News », une liste de sites, des cartes ou des liens vers la législation relative à la sauvegarde du patrimoine. Ces sites reprennent la structure du portail cantonal dans lequel ils sont hébergés. Seuls les archéologues du canton du Jura disposent d’un site Internet qui se développe en marge de la structure du portail cantonal. Mais plus pour très longtemps parait-il. Depuis le bilan intermédiaire de 2013, nous avons remarqué l’actualisation du site Internet d’Archéologie Suisse, et la création en automne 2013 du portail des Sciences de l’Antiquité. Mais, comme les autres, ces sites Internet apparaissent dans leur structure plutôt destinés à donner des informations et des liens à un public de connaisseurs. Il manque donc encore une mise en réseau de tous les acteurs de l’archéologie. Chacun dispose dans son petit coin de pays de toutes les connaissances sur son patrimoine, mais, dans l’ensemble des cas, a de la peine à le mettre en valeur et à le faire connaître à un large public.

H2015Final
L’heure du bilan final d’Horizons 2015

Nos observations nous ont montrés qu’il existe pourtant un grand potentiel de dispositifs différents aptes à valoriser et mettre en valeur le patrimoine archéologique. Une manière d’attirer l’attention sur l’archéologie c’est, par exemple, de communiquer des informations sur les réseaux sociaux, ou de mettre en ligne des animations ludiques comme le petit jeu « Pfahlbauer von Pfyn » mis en place par l’archéologie cantonale du canton de Thurgovie. L’apparition de nouveaux outils technologiques et numériques pour informer les visiteurs sur les lieux intéressants du patrimoine archéologique nait timidement. L’initiative prise par ArcheoTourism et ArchaeoConcept de créé le «Site du mois» est une voie intéressante pour approcher le grand public. Cette approche pourrait constituer l’amorce  de la mise en place d’une véritable information touristique sur tous les sites archéologiques visitables de Suisse, à l’exemple de ce que l’on trouve en Angleterre avec le site Internet et l’application pour smartphone et tablette numérique d’English Heritage, qui donnent un accès aux sites archéologiques visitables du pays par l’intermédiaire de la géolocalisation. L’usage de la géolocalisation et du GPS embarqué dans les téléphones portables est sans aucun doute une bonne solution pour réveiller la mémoire d’un patrimoine le plus souvent invisible in situ. Comme exemples suisses d’applications utilisant la fonction GPS de nos mobiles signalons : l’application «Palafittes Guide», qui fait l’inventaire de tous les sites Unesco, l’application «Archaeo Tour» qui permet une balade dans le temps, de l’âge du Bronze au Moyen-Age, de la colline de la cathédrale de Bâle, enfin, l’application StoriaBox qui invite à une visite en réalité augmentée de la villa gallo-romaine d’Orbe-Boscéaz et du Castrum romain d’Yverdon-les-Bains. Mais l’objectif final, selon nous, aurait été de disposer sur une même plateforme de l’ensemble des informations disponibles sur les sites archéologiques de Suisse. A l’heure du bilan final d’Horizons 2015, cela n’a pas été fait. Cela pourrait se faire en contribuant au projet de portail sur l’Archéologie, organisé par Wikipédia, dans chacune de nos langues nationales, soit en français, en allemand et en italien.