De part et d’autre de la Grande Muraille

Au Laténium, parc et musée d’archéologie de Neuchâtel, à Hauterive, vient de s’ouvrir une nouvelle exposition temporaire consacrée à l’archéologie de la Mongolie. Intitulée « Derrière la Grande muraille » cette présentation s’articule autour de la confrontation entre 209 avant J.-C. et 220 après J.-C. de l’empire chinois dirigé par la dynastie Han, héritière de Qin Shi Huangdi, premier empereur de la Chine, et, les Xiongnu, peuple nomade des steppes de Mongolie, qui en parallèle fonde le premier empire nomade. Résultat de cinq années de préparation, le rapprochement de ces deux cultures donne à voir un grand nombre d’objets d’art issus de collections suisses et françaises. A l’art animalier propre au monde des steppes répond un art mobilier particulièrement riche et somptueux enfouis dans les tombes monumentales que Xiongnu et Han édifièrent sur leurs territoires respectifs. Focalisé sur la présentation en parallèle de ces deux cultures, le titre de l’exposition aurait tout aussi bien pu s’intituler « De part et d’autre de la Grande Muraille ».
GrandeMuraille
Maquette de la construction de la Grande Muraille

La Grande Muraille, dont la construction débute dès le 7e siècle avant J.-C. , soit bien avant le règne de Qin Shi Huangdi, et qui sera régulièrement entretenue et renforcées jusqu’au 17e siècle, devait empêcher l’infiltration des barbares venus de Mongolie dans l’empire chinois. Mais en regard de l’histoire, cette construction monumentale apparait plutôt comme un point de convergence entre ces deux cultures qu’un véritable obstacle. A preuve, les différentes Routes de la Soie, qui partant de ces deux empires traversent l’Asie Centrale, et qui permettaient aux uns et aux autres de relier les rivages de la Méditerranée distante de 8000 km. L’exposition du Laténium donne également l’occasion de présenter le résultat des trois campagnes de fouilles d’un habitat xiongnu, menées entre 2005 et 2007 à Boroo Gol en Mongolie, par une mission archéologique helvetico-mongole dirigée par Denis Ramseyer, conservateur adjoint du Laténium et commissaire de l’exposition, dont ce blog s’était fait l’écho en son temps.


One Response to De part et d’autre de la Grande Muraille

  1. edith.tschiemer

    Malheureusement je ne pourais visiter l’ Expo ! Avec regrets , Edith Tschiemer .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>