Category Archives: Découverte

Recherche Apollon désespérement

Comme beaucoup de passionné(e)s d’archéologie, j’ai été attiré par un film qui promettait beaucoup : « l’Apollon de Gaza ». Le synopsis en lui-même était de nature à susciter l’intérêt et la curiosité de tout un chacun : « En 2013, une statue d’Apollon, vieille de plus de 2000 ans, est trouvée au large de Gaza avant de disparaitre subitement. Dieu des Arts, de la Beauté et des Divinations, l’Apollon suscite toutes les rumeurs, même les plus folles. A la fois film-enquête et réflexion sur l’Histoire, l’Apollon de Gaza nous immerge dans la réalité méconnue d’un territoire qui paie encore le prix des guerres et d’un blocus impitoyable, mais où la vie subsiste, insoumise. Apportant un peu de lumière dans le ciel de Gaza, la statue et son histoire stupéfiante pourrait redonner une part de dignité et d’espoir à tout un peuple ». Le teaser que l’on trouve sur le site Internet de la société de production ou celle de distribution m’a donné également l’irrésistible envie d’aller le voir.

ApollonGaza2

Image extraite de l’affiche du film

A l’issue de la projection du film, je me suis confronté à des questions auxquelles je désirais avoir des réponses. Statue vraie ou fausse ? Datée de 332 av. J-C, comme l’affirme un des protagonistes du film ? Après avoir lu l’article du Monde du 12 avril 2014 de Laurent Zecchini, qui fut, pour Nicolas Wadimoff  le réalisateur du film, l’élément déclencheur  de cette enquête et examiné les rares images publiées de cette découverte, ma conviction personnelle, confortée par les avis de la plupart des acteurs de ce documentaire, est que cette statue est bien originale. Reste à savoir où elle a vraiment été mise au jour et de quand elle date? Dans son état actuel je doute, comme certains protagonistes du film, qu’elle ait séjourné très longtemps dans la mer. Une hypothèse intéressante est qu’elle a été mise au jour lors de la construction d’un des nombreux tunnels sous Gaza. Ceux qui l’ont découvert, désirant rester discrets et cachés, compte tenu de la nature de leur ouvrage, auraient décidé de l’extraire et de la balancer en mer, dans un espace qui n’appartient à personne. Quant à sa datation, d’un point de vue stylistique et historique, je la vois comme une copie d’époque romaine (entre les 1er siècle avant et après J.-C) d’une statue grecque du Ve siècle avant J.-C, comme l’Apollon de Piombino qui se trouve exposé au musée du Louvre. Seule, bien sûr, une étude complète de la statue permettrait d’en savoir plus. Il ne nous reste plus qu’à attendre, pour boucler l’enquête, que ceux qui tiennent l’Apollon de Gaza en otage le relâche . Dans ce cas cette statue pourrait être l’élément emblématique d’un futur musée de Gaza qui attend depuis un certain temps d’être inauguré.

 

La Trinité retrouvée près de Cap Canaveral

Selon l’Unesco, cité dans la brochure 2018 du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), 3 millions d’épaves reposent sous les eaux du Globe. Parmi les découvertes à venir s’annonce celles des premiers navires français ayant sombré en Amérique du Nord. En marge de la célébration du 450 anniversaire de l’arrivée des français en Floride, en 2012, un regain d’intérêt historique et archéologique s’est produit en France et aux Etats-Unis sur cet événement. En France cela se manifesta par la création d’une Association des descendants et du souvenir de Jean Ribault, qui pris possession de la Floride en mai 1562 au nom du roi de France Charles IX, afin d’y établir une colonie de huguenots. Cette première colonisation française de l’Amérique du Nord tourna au drame lorsque l’escadre de ravitaillement fit naufrage au cours d’une tempête le 10 septembre 1565, en plein combat contre les espagnols, qui non content de détruire l’établissement français de Fort Caroline, exécutèrent de façon horrible presque tous les colons et les naufragés sous prétexte qu’ils étaient protestants.
Ribault
Jean Ribault prenant possession de la Floride

Au Etats-Unis, à la fin de l’été 2014, une équipe d’archéologues d’un musée maritime entrepris une mission visant à découvrir la flotte française perdue de 1565, mais sans succès. En revanche, en septembre 2015, une compagnie de recherche maritime, Global Marine Exploration, mis au jour au large du célèbre Cap Canaveral aux Etats-Unis, sous 8m d’eau les vestiges d’une épave du XVIème siècle, qui se révéla être celle de « La Trinité », navire amiral de la flotte de Jean Ribault. Parmi les objets retrouvés au fond de l’eau se trouvaient une dizaine de canons en fer, trois canons en bronze ornés de la fleur de lys et une borne en marbre qui aurait dû servir à marquer les territoires revendiqués par l’explorateur.  A l’été 2018, au terme d’un long procès opposant la France à la société américaine ayant fait la découverte, les droits de la France furent reconnus en vertu de la loi américaine de 2004, le “US Sunken Military Act”, qui stipule que les épaves des navires militaires étrangers, retrouvées dans les eaux territoriales américaines restent toujours la propriété du pays d’origine du navire. Il reviendra au Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) de mobiliser des archéologues français et américains pour réaliser les premières fouilles sur l’épave de la Trinité. Les spécialistes du DRASSM devraient s’appuyer sur la société Search Inc pour assurer une première reconnaissance scientifique du site courant 2019.

Tomb Raider à Prêles

Cette histoire commence pour moi à fin août par la lecture d’un petit article du Migros Magazine, intitulé « La fille d’Indiana Jones » célébrant la passion d’une jeune fille de 13 ans pour la détection dite de loisir. J’ai d’abord été surpris et presque choqué de voir en une du journal une publicité aussi évidente faite à une activité généralement réprouvée par les membres de ma profession. Mais ensuite je fus rassuré en poursuivant ma lecture de savoir que « les objets présentant un intérêt historique sont systématiquement confiés aux bons soins des services d’archéologie cantonaux ». De même, j’apprenais dans cet article qu’une découverte importante avait été faite par son beau-père, mais que c’était pour l’heure « encore un secret, qui ne sera dévoilé qu’à la sortie d’une publication scientifique consacrée à sa trouvaille ! ». Un secret pourtant bien visible comme je le constatais en visionnant la vidéo de présentation de la découverte sur la chaîne YouTube de la sympathique émule de Lara Croft.
Le 18 septembre, un communiqué de presse du canton de Berne annonçait qu’en octobre 2017, une main en bronze parée d’un bracelet en or avait été découverte par deux particuliers aux abords du village de Prêles, de même qu’une lame de poignard en bronze et une côte humaine, le tout daté entre 1500 et 1400 av. J.-C. Tous ces objets furent remis dès le lendemain au service archéologique du canton de Berne, mais pour des raisons qui le regardent, ce service ne procéda à des fouilles complémentaires qu’en juin 2018, amenant à la découverte sur les lieux d’un doigt manquant à la main, d’une épingle, d’une spirale en bronze et de plaques d’or détachées du bracelet enserrant le poignet de la main, le tout associé à la tombe d’un homme adulte. Cependant les archéologues constatèrent également qu’entretemps des fouilles clandestines avaient été opérées, laissant supposer que d’autres objets se trouvaient dans cette tombe, d’où l’ouverture d’une procédure pénale par la justice du canton de Berne.
MainNMB
La main de Prêle exposée au NMB

La découverte d’un objet archéologique faite en dehors d’une zone archéologique ne peut être que fortuite et assez rare puisque rien n’indique au préalable sa présence. Du reste, la grande majorité des objets mis au jour par les détectoristes relèvent de ce qu’eux-mêmes qualifient de « merdouilles », soit des objets n’ayant aucun intérêt sinon celui de polluer le sol.  En enlevant tous les déchets métalliques des terrains qu’ils prospectent les détectoristes font ainsi œuvre de dépollueurs et évitent un danger potentiel pour l’environnement et les animaux. Quant aux rares antiquités ainsi découvertes, elles doivent être annoncées auprès de l’autorité compétente, comme le signale la plupart des législations cantonales qui se réfèrent à l’article 724 du Code civil suisse. C’est ce que les découvreurs de la main de Prêles ont bien fait.  De ce fait, pratiquer la détection de loisir en dehors des zones archéologiques dûment répertoriées et protégées ne peut pas être considéré, de prime abord, comme une activité illégale, puisqu’après le refus de la motion Rossini au Conseil National, il n’existe pas de disposition fédérale à l’encontre de l’usage des détecteurs à métaux. Il revient donc aux cantons de prendre les mesures appropriées pour réglementer l’usage de ces appareils. Il se trouve que le canton de Berne est de ceux qui veulent encadrer leur usage selon les principes directeurs définis par la Conférence suisse des archéologues cantonaux (CSAC). Comment pourrait-on idéalement encadrer les activités des détectoristes ? Peut-être qu’une autre activité réglementée par l’état comme la chasse ou la pêche pourrait servir d’inspiration. Pour pouvoir prospecter, les détectoristes devraient être en possession d’un permis annuel payant de détection et se conformer aux directives du service archéologique cantonal. Chaque zone que le prospecteur aimerait sonder devrait être annoncée au préalable au propriétaire du bien fond ainsi qu’à l’autorité de surveillance, indépendamment de sa qualité de zone archéologique. Cela permettrait, en cas de découvertes ultérieures, de savoir quels sont les individus ayant prospecté dans la zone. Les gardes-faunes, gardes forestiers, policiers et gendarmes en présence d’un détectoriste pourraient ainsi procéder à des contrôles sur le terrain et vérifier que chaque personne en possession d’une autorisation s’acquitte bien de ce devoir de renseignement en remplissant scrupuleusement un carnet de découvertes. Les données de ce carnet pourraient du reste être exploitées pour compléter les cartes archéologiques. Pour s’assurer d’une bonne compréhension des enjeux patrimoniaux d’une telle procédure, les détectoristes seraient également appelés à suivre au préalable un cours de sensibilisation organisé par les services cantonaux ou des associations en charge du patrimoine. On devrait même envisager une participation obligatoire, au moins une fois par année, à une campagne de prospections organisée par le service cantonal ou par une organisation comme le Groupe de travail prospection suisse (GTP). Cela permettrait d’associer les détectoristes à la connaissance du patrimoine aux recherches archéologiques en cours et créerait une saine relation et émulation entre amateurs et professionnels. En attendant la suite de cette affaire et l’étude de la découverte, la « main de Prêles » est actuellement exposée au Nouveau Musée de Bienne (NMB) jusqu’au 17 octobre.

Une tuile porte-bonheur

Le doute n’est plus permis. Le sanctuaire d’Artémis Amarysia sur l’île d’Eubée se trouve bien à Amarynthos, là où Denis Knoepfler, professeur honoraire à l’Université de Neuchâtel et au Collège de France, l’avait supposé il y a de cela près de cinquante ans, c’est-à-dire dès le moment où sa passion pour les vieilles pierres et l’épigraphie l’on conduit en 1969 sur le parvis d’une petite église byzantine de cette localité. Il a remarqué immédiatement que cette chapelle était constituée en partie de fragments d’un monument antique qui devait se situer dans les environs. Compte tenu du nom de cette localité proche de la ville d’Érétrie, seul ce monument, qui n’avait pas encore été localisé, s’imposait à la sagacité de l’archéologue. Pourtant, à première vue, un problème de taille était encore à résoudre. Selon une description du géographe Strabon, le temple d’Artémis Amarysia devait se trouver à seulement sept stades de la cité antique.
Artemidos
La tuile et son estampille

C’est là où la connaissance de la langue grecque s’est imposée, car comme ce blog le relatait il y a déjà dix ans, Denis Knoepfler a soupçonné que le copiste qui a retranscrit au Moyen-Age le texte de Strabon a commis une erreur. En effet,  en grec ancien, les chiffres sont indiqués par des lettres. Or la lettre zêta, qui marque le chiffre 7 et la lettre xi qui correspond à 60, sont souvent difficiles à distinguer l’une de l’autre. C’est à partir de cette géniale intuition que l’Ecole Suisse d’Archéologie en Grèce (ESAG) s’est lancée dès 2006 à la recherche du temple perdu. En 2015, les sondages entrepris sur place ont conduit à la mise au jour d’un portique d’époque hellénistique, permettant d’orienter les recherches dans la bonne direction. La campagne de fouilles de cette année, durant les mois d’août et de septembre, s’est enfin soldée par la découverte d’éléments confirmant de manière indubitable que le lieu exploré depuis dix ans était bien celui du sanctuaire recherché. Pour cela il a suffi d’une tuile, pas de celle qui porte la poisse, mais bien d’une belle tuile en terre cuite portant l’estampille Artemidos, l’indication certaine d’une attribution à Artémis.

Comparaison n’est pas raison !

Comparaison, n’est pas raison ! Ainsi en est-il de la propension des médias à qualifier un site de « petit (ou petite) Pompéi » ou même de «nouveau Pompéi», aidés en cela par l’enthousiasme des archéologues heureux de la découverte qu’ils viennent de réaliser.  Cet été, deux sites ont ainsi fait la une de l’actualité sous ce vocable. A la fin du mois de juin, un « petit Pompéi » était découvert sous Rome par des ouvriers travaillant sur le chantier de la ligne C du métro de la capitale italienne. Dans le sol c’est un domicile d’une cinquantaine de mètres carrés décoré de fresques qui a été mis au jour. Le plafond en bois est dans un état remarquable : poutres et clous y sont encore visibles. L’ensemble daterait du IIe siècle après J.-C. et aurait été protégé grâce à un incendie : la structure, pourtant composée en partie de bois, aurait échappé aux flammes, sauvant au passage ce qui se trouvait à l’intérieur du domicile, en particulier des bouts de meubles (pieds de tables et de chaises) et des ustensiles. Au début du mois de juillet, c’est sur le site de Sainte-Colombe, sur la rive droite du Rhône, à une trentaine de kilomètres au sud de Lyon, que tout un quartier antique, qualifié ici de « petite Pompéi », est en train de sortir de terre au milieu d’une ancienne friche industrielle. Si ce quartier antique est si bien préservé, c’est également en raison d’incendies survenus successivement au début du IIe et au milieu du IIIe siècles. Les feux ont par exemple fait s’effondrer le premier étage, le toit et la terrasse d’une somptueuse demeure entourée de jardins, datant du Ier siècle. Les étages effondrés ont été préservés et le mobilier abandonné sur place.
PetitPompéi5
Annonce de la découverte des vestiges d’Auvernier

En cherchant dans les archives d’Internet et dans celles des journaux, il est facile de retrouver une multitude d’autres « petits Pompéi » qui ne sont pas toujours d’époque romaine, ni le résultat d’une catastrophe. Sur Internet, les agences touristiques de différentes villes, utilisent souvent cette comparaison pour susciter l’intérêt des visiteurs. Ainsi, Glanum est qualifié de «petit Pompéi» provençal, ou Thera sur l’île de Santorin de «petit Pompéi» de la Mer Egée. Sans aller très loin de chez moi, c’est aussi sous le titre de « petit Pompéi » préhistorique qu’en 1971 les trouvailles lacustres de la baie d’Auvernier ont été présentées pour la première fois au grand public (voir image ci-dessus), ainsi qu’en 1970 la série de découvertes réalisées dans l’Entre Deux Lacs, sur la Thielle, lors des travaux de la Seconde correction des eaux du Jura, en particulier celle du pont celtique de Cornaux, avec la découverte de squelettes, dont l’un des cranes contenait encore le cerveau. Dans la Feuille d’Avis de Neuchâtel, c’est en 1931, après avoir été dégagée des alluvions du Tibre qui l’avait ensevelie, qu’Ostia antica se présente pour la première fois sous la plume du journaliste sous l’aspect d’une « petite Pompéi ». Mais dans le fond des archives, on découvre également d’autres Pompéi, vraie ou fausse. Le 24 avril 1885, relayant une information transmise par le télégraphe, la découverte d’une Pompéi américaine est annoncée près de Moberly dans le Missouri. Les lecteurs apprennent ainsi que « des ouvriers employés à creuser un puits de mine viennent de découvrir à 360 pieds de profondeur une antique cité restée intacte, grâce à une couche épaisse de lave durcie qui forme voûte au-dessus d’elle. Un certain nombre de citoyens éminents de cette ville ont entrepris immédiatement une première exploration, qui a duré 12 heures. Les rues qu’ils ont parcourues étaient régulièrement tracées et bordées de murs en maçonnerie grossière. Ils sont entrés dans une salle de 30 pieds sur 100 garnie de bancs de pierre et où il y avait une quantité d’outils pour travaux mécaniques. Dans plusieurs bâtiments sont des statues faites d’une composition ressemblant au bronze, mais plus terne. Au milieu d’une vaste cour ou place se dresse une fontaine de pierre d’où coule une eau limpide que les explorateurs ont goûtée ; ils lui ont trouvé un goût prononcé de chaux. Près de la fontaine gisaient des portions d’un squelette humain. Les os d’une jambe ont été mesurés par le recorder ; le fémur est long de quatre pieds et demi et le tibia de quatre pieds trois pouces ; d’où l’on déduit que l’homme devait avoir une taille triple de la taille moyenne de nos jours. Les explorateurs ont trouvé aussi des couteaux de bronze et de silex, des scies métalliques et beaucoup d’autres outils dont le travail, quoique grossier, dénote un état relativement avancé de civilisation ». Il est apparu rapidement que cette nouvelle était une falsification. Mais de nos jours encore certains sont prêts à y croire comme le constate avec consternation le blog « Anthropology » d’Andy White. En mai 1902, dans la presse, c’est bien le réveil du volcan de la Montagne-Pelée, au-dessus de Saint-Pierre de la Martinique, que la comparaison avec Pompéi fut la plus significative. Dans ce cas, il ne s’agissait plus d’une « petite Pompéi », mais, à juste titre, d’une « nouvelle Pompéi ».

Le retour des momies

L’intérêt pour les momies ne se dément pas, comme ce blog s’en est fait récemment l’écho en parlant des expositions de Bâle et de Delémont à leur sujet. Une vague médiatique suscitée par la découverte le 13 juillet des corps momifiés d’un couple valaisan disparu en 1942 sur le glacier de Tsanfleuron entre les cantons du Valais et de Berne est là pour le démontrer. La semaine dernière, dans le massif français du Mont-Blanc ce sont une main et une jambe, conservées par la glace qui ont été mise au jour  et qui pourraient appartenir à des passagers victimes d’un accident d’avion de la compagnie Air India en 1966. Ces vestiges du siècle dernier viennent à propos pour nous rappeler que la montagne est susceptible de délivrer des documents bien plus anciens, aidée en cela par le réchauffement climatique. Les neiges dites éternelles de nos sommets ne le seront bientôt plus. Les climatologues prévoient que d’ici 20 ans les glaciers auront perdu 30% de leur substance et que d’ici la fin du siècle ils auront tous fondu.
Jambière
Jambière en cuir néolithique à l’emplacement de sa découverte sur le Schnidejoch. Cliché de 2007. © Service archéologique du canton de Berne, Urs Messerli.

La fonte des glaciers concerne tout particulièrement les archéologues qui depuis la découverte d’Ötzi en 1991 ont pris progressivement conscience de l’urgence de procéder à des recherches en haute altitude. Durant l’été caniculaire de 2003, alerté par une randonneuse, le Service archéologique du canton de Berne a découvert, sur le col du Schnidejoch entre Sion et Thoune, un carquois à flèches en écorce de bouleau.  Poursuivant leurs recherches les années suivantes, les archéologues bernois ont mis au jour des centaines d’autres objets, dont une jambière en cuir (voir photo ci-dessus) perdue par un hypothétique Schnidi ayant vécu au Néolithique vers 3000 avant J.-C. Le bilan de ces travaux a été publié en 2015 dans un ouvrage en deux tomes. D’octobre 2013 à fin 2016, le projet kAltes Eis, initié par l’archéologue Leandra Naef, a fait l’inventaire à l’aide des méthodes GIS de tous les sites potentiels dans le canton des Grisons, ce qui a amené la découverte de nombreux restes, comme celui de la momie d’un jeune chamois. En conclusion de toutes ces recherches, il s’avère que si les vestiges du passé ne sont pas découverts et mis en sureté très rapidement après avoir été libérés de leur gangue de glace, ils pourraient se perdre ou être abîmés à jamais, surtout les objets en matériaux organiques comme le bois, le cuir et les fibres animales ou végétales, de même que les momies humaines ou animales. Un rappel est donc adressé à tous les alpinistes et randonneurs des Alpes à prendre la peine de signaler toutes découvertes de cette nature aux autorités et spécialistes concernés.

Hors-jeu olympique à Lausanne

Sur le chantier des nouveaux bâtiments administratifs du Comité international olympique (CIO), les archéologues ont mis au jour les vestiges du port romain de Lousonna, dont l’emplacement exact était jusqu’alors inconnu, mais dont on ne pouvait que pressentir l’existence vue l’importance de la navigation pour le transport des marchandises à l’époque romaine. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que sur la Table de Peutinger, unique copie d’une carte romaine du IVe siècle, le lac Léman est nommé Lacus lausannensis. Vu l’emplacement choisi pour le futur siège du CIO sur les berges du lac, non loin à l’ouest des ruines connues de Lousonna et à deux pas du Musée romain de Vidy, on peut s’étonner que des investigations plus précoces n’aient pas été entreprises sur les 24’000 m2 de la surface prévue pour l’édification de ce bâtiment pour permettre aux archéologues de prendre le temps de dégager ces vestiges important pour l’histoire de la localité. De la céramique, plusieurs monnaies et des pilotis en bois et des enrochements de quai figurent parmi les objets découverts sur le site situé sur les berges de Vidy à Lausanne. Lieu de rupture de charge, le vicus gallo-romain de Lousonna profitait alors d’une situation stratégique privilégiée, à la fois portuaire et routière, propice au transfert de marchandises entre les bassins fluviaux du Rhône et du Rhin.
CIOVidy
Le nouveau siège du CIO prévu à Lausanne (Image : 3XM)

C’est la raison pour laquelle Denis de Techtermann, le président de la section vaudoise de l’association Patrimoine suisse, a exprimé des regrets concernant ce dossier. En effet on peut s’étonner que des dispositions n’aient pas été prévue par les maîtres d’œuvres pour préserver et mettre en valeur, autant que faire se peut, les traces du passé de Lausanne, dont l’existence et le nom dérive directement de ces installations portuaires. Alors qu’à Rome ou à Athènes, deux villes qui ont accueillis les Jeux Olympiques, et dont les infrastructures nécessaires comme le métro, ont permis la découverte de précieux témoins de l’Antiquité on a su intégré les éléments du passé dans les constructions, quitte à prendre du retard dans le planning des chantiers, il semble qu’à Lausanne aucune directive particulière n’aient été prise dans ce sens. Au contraire, sous prétexte de préservation des intérêts privés, ceux du CIO, il est hors de question pour les autorités de faire prendre à la construction, devisée à 160 millions de francs, le moindre retard, ni même de demander aux architectes danois du bureau 3XN de revoir leur projet pour y intégrer d’une manière ou d’une autre les éléments significatifs de ce patrimoine, comme a su si bien le faire, l’architecte Bernard Tschumi, lors de la construction du nouveau Musée de l’Acropole à Athènes. Selon Jan Ammundsen, l’un des architectes partenaires de 3XM, le nouveau siège du CIO a été conçu selon les trois éléments clés :  mouvement, flexibilité et durabilité. Manifestement, en restant sourd et immobile envers les critiques de Patrimoine suisse, en ne voulant pas modifier les bases du projet et en ne contribuant pas d’une manière ou d’une autre à la sauvegarde d’un patrimoine millénaire, le projet du CIO manque à l’évidence de ces trois éléments et doit être dénoncé hors-jeu.

Aux origines des pharaons noirs

« Aux origines des pharaons noirs », c’est le titre de la nouvelle exposition présentée dès aujourd’hui au Laténium d’Hauterive, près de Neuchâtel.  Située au sud de l’Egypte, la Nubie a connu un passé qui n’est pas sans rivaliser avec sa fabuleuse voisine. Les premiers éléments de civilisation mis au jour dans cette région remontent à 10’000 ans, au moment où le Nil devient un fleuve au débit important et régulier qui transforme d’immenses étendues désertiques en une vaste plaine fertile. C’est dans ce contexte fluvial, à la hauteur de la troisième cataracte que se met en place, dès 2500 av. J.-C. un important royaume centré autour de la ville de Kerma. Il tire sa richesse de ses mines d’or  et du commerce entre l’Afrique noire et l’Empire d’Egypte. La puissance de ce royaume nubien atteignit son point culminant vers 730 av. J.-C. lorsque son souverain, Piankhy, s’empara de l’Empire égyptien et inaugura la succession des dirigeants de la XXVe dynastie, celles des Pharaons noirs.

Kerma

Grande maquette de la ville de Kerma dans l’exposition

Cette exposition constitue également une excellente occasion de présenter le remarquable travail de terrain effectué depuis près de 40 ans par la mission d’archéologie suisse au Soudan.  Conduite dès 1977 par l’archéologue Charles Bonnet, sous l’égide de l’Université de Genève, cette mission a été reprise dès 2002 par Matthieu Honegger, professeur d’archéologie préhistorique à l’Université de Neuchâtel et commissaire de l’exposition mise en place au Laténium. Le projet a permis la fouille de nombreux sites, dont la présentation des résultats constitue la base même de l’exposition disposée en deux parties : le monde des morts  dans l’espace inférieur et le monde des vivants au niveau supérieur. La découverte majeure fut effectuée en janvier 2003, à Doukki Gel, par la mise au jour d’une cachette contenant les vestiges de sept statues monumentales en granite représentant les deux derniers  pharaons de la XXVe dynastie, Taharqa et Tanoutamon, ainsi que les trois premiers rois d’un nouveau royaume nubien qui leur succédèrent. Cette fabuleuse découverte permis la concrétisation d’un autre grand projet, celui de la construction d’un musée sur le site même de Kerma, inauguré en janvier 2008. A voir jusqu’au 17 mai 2015, la visite de l’exposition peut-être activement préparée par la consultation du site Internet du Laténium ainsi que celui de la mission archéologique suisse au Soudan.

L’astronomie grecque ancienne à l’honneur

Parmi les spectacles naturels qu’il nous est donné de contempler, la découverte de la voûte céleste est certainement celui qui me fascine le plus. Après avoir tourné mon regard sur la Lune et les planètes, c’est à l’apprentissage des noms d’étoiles et des formes des constellations que j’ai passé une partie de mon adolescence. Dans le passé, cette observation devait être d’autant plus merveilleuse que le ciel était dépourvu de la pollution lumineuse constante due à l’éclairage de nos villes et villages. Si aujourd’hui, chacune des 6000 étoiles visibles à l’œil nu portent un nom et sont réunies dans 88 constellations, cela résulte en grande partie de ce que les Grecs de l’Antiquité nous ont transmis de leurs propres connaissances et de celles rapportées des Mésopotamiens. Nous savons par les textes, comme ceux d’Homère ou d’Hésiode, que les Grecs voyaient dans le ciel des formes humaines ou animales pour représenter les constellations afin de mettre un certain ordre dans le semis chaotique des étoiles et aider les hommes dans le cycle des travaux des champs ou les marins dans leur navigation.
SkyphosHalae
Le Skyphos d’Halae (montage photographique)

Un archéologue américain, John Tristan Barnes, a mis en lumière dans une vitrine du musée archéologique de Lamia, dans le centre de la Grèce, un skyphos corinthien découvert dans les fouilles d’Halae en Locride, qui semble montrer l’une des plus anciennes représentations des constellations connues. Daté de 625 av. J.-C, ce récipient présente une frise d’animaux qui se succèdent sur un rang parsemé de croix qui paraissent évoquer des étoiles. Selon ce chercheur, les figures de cette coupe seraient celles du Taureau, du Petit chien, de l’Hydre, du Grand chien, du Scorpion, du Lion et du Dauphin. Un commentateur éclairé, Arnaud Zucker, cité dans le blog de Nicolas Constans, pense que le Dauphin pourrait être une Baleine, et qu’une figure isolée, interprétée par Barnes comme un motif floral, pourrait être également perçue comme celle de la constellation de l’Autel. Ainsi on aurait dans l’ordre du défilé sur le vase: Taureau, Autel, Hydre, Petit chien, Grand chien, Scorpion, Baleine et Lion. Une partie de la coupe, un tiers environ, manque, ce qui ne permet pas de vérifier l’hypothèse finale retenue par Barnes dans la conclusion de son article publié dans la revue Hesperia, qui est celle de la ronde des saisons dans le ciel nocturne. Si l’on compte bien huit figures conservées, le nombre total des figures aurait pu être de douze, ce qui peut correspondre aux douze mois de l’année ou aux douze signes du zodiaque. Du reste comme l’indique clairement Wikipedia : ” le mot « zodiaque » vient du mot grec zodiakos [kyklos], « cercle de petits animaux », de zodiaion, diminutif de zoon : « animal ». Ce nom vient du fait que toutes les constellations du zodiaque (sauf la Balance, anciennement partie du Scorpion et le Verseau) figurent des créatures vivantes “.  L’étude de cette coupe m’aura  permis en tout cas de raviver mon intérêt pour l’archéoastronomie.

Aux racines de la vigne et du vin

Les sources antiques, de nature philologiques, épigraphiques ou iconographiques, concernant la culture de la vigne et la production du vin sont nombreuses. Selon une légende de l’ancienne Egypte, ce sont les yeux d’Horus, subtilisés par Seth qui plantés dans le sol devinrent une vigne. Ainsi, le vin ne serait autre que les larmes d’Horus.  On sait par ailleurs par des textes mésopotamiens que l’Anatolie méridionale est la région qui fournit le roi en vin. Ce vin était transporté par bateaux qui, à partir du marché de Karkemish, descendaient le cours de l’Euphrate pour arriver à Ur, Uruk ou Babylone. C’est semble-t-il en Grèce que le vin, dès l’époque mycénienne, se démocratise et n’est plus seulement une boisson réservée aux banquets des élites ou des dieux, comme en Egypte ou en Mésopotamie, mais des hommes ordinaires. Pour les Grecs, c’est Dionysos qui aurait appris à Icarios, roi d’Athènes, comment cultiver la vigne et produire du vin, introduisant ainsi la viticulture parmi les hommes.

Paphos4
Dionysos, Acmé et Icarios sur une mosaïque de Paphos

Au-delà de ces textes et de ces légendes quelques spécialistes, qui se donnent le nom d’ampélologues, cherchent à établir l’origine du premier vin de l’histoire. L’ampélographie est le champ d’étude des quelques 8000 cépages décrits à partir de leurs caractéristiques morphologiques et physiologiques.  Mais, depuis quelques années, à cette approche traditionnelle purement descriptive s’ajoute dorénavant une analyse plus objective par le recours à la biologie moléculaire et au séquençage de l’ADN.  Grâce à ces nouvelles méthodes scientifiques des chercheurs, tel José Vouillamoz, ampélologue-généticien valaisan, sont en passe de dévoiler l’origine des premiers vignobles. Il semble que l’arbre généalogique de centaines de cépages actuels commence avec treize variétés d’un raisin sauvage cultivées dans le sud-est de l’Anatolie, soit dans une région qui fait partie d’un ensemble plus vaste le «  Croissant fertile »  qui a vu naître également l’agriculture. De ce berceau d’origine, qui remonte au 6e, voire 7e millénaire, Vitis vinifera va se répandre en Mésopotamie au 5e millénaire, en Palestine et en Egypte au 4e millénaire et en Grèce au 3e millénaire. Quant à la Suisse, malgré quelques découvertes de pépins de raisin dans quelques sites de l’âge du Fer, comme Gamsen/Waldmatte au Valais, c’est sans doute à l’époque romaine qu’une vraie viticulture va se mettre en place. Parmi tous les vignobles cultivés en suisse, c’est l’histoire du chasselas qui est certainement le cépage le plus emblématique. A travers d’autres publications, comme  l’«Histoire de la Vigne et du Vin du Valais» (2009), l’«Origine des cépages valaisans et valdôtains» (2011) et surtout «Wine Grapes» (2012), José Vouillamoz a par ses analyses redessiné les arbres généalogiques de nombreux cépages.