Une tuile porte-bonheur

Le doute n’est plus permis. Le sanctuaire d’Artémis Amarysia sur l’île d’Eubée se trouve bien à Amarynthos, là où Denis Knoepfler, professeur honoraire à l’Université de Neuchâtel et au Collège de France, l’avait supposé il y a de cela près de cinquante ans, c’est-à-dire dès le moment où sa passion pour les vieilles pierres et l’épigraphie l’on conduit en 1969 sur le parvis d’une petite église byzantine de cette localité. Il a remarqué immédiatement que cette chapelle était constituée en partie de fragments d’un monument antique qui devait se situer dans les environs. Compte tenu du nom de cette localité proche de la ville d’Érétrie, seul ce monument, qui n’avait pas encore été localisé, s’imposait à la sagacité de l’archéologue. Pourtant, à première vue, un problème de taille était encore à résoudre. Selon une description du géographe Strabon, le temple d’Artémis Amarysia devait se trouver à seulement sept stades de la cité antique.
Artemidos
La tuile et son estampille

C’est là où la connaissance de la langue grecque s’est imposée, car comme ce blog le relatait il y a déjà dix ans, Denis Knoepfler a soupçonné que le copiste qui a retranscrit au Moyen-Age le texte de Strabon a commis une erreur. En effet,  en grec ancien, les chiffres sont indiqués par des lettres. Or la lettre zêta, qui marque le chiffre 7 et la lettre xi qui correspond à 60, sont souvent difficiles à distinguer l’une de l’autre. C’est à partir de cette géniale intuition que l’Ecole Suisse d’Archéologie en Grèce (ESAG) s’est lancée dès 2006 à la recherche du temple perdu. En 2015, les sondages entrepris sur place ont conduit à la mise au jour d’un portique d’époque hellénistique, permettant d’orienter les recherches dans la bonne direction. La campagne de fouilles de cette année, durant les mois d’août et de septembre, s’est enfin soldée par la découverte d’éléments confirmant de manière indubitable que le lieu exploré depuis dix ans était bien celui du sanctuaire recherché. Pour cela il a suffi d’une tuile, pas de celle qui porte la poisse, mais bien d’une belle tuile en terre cuite portant l’estampille Artemidos, l’indication certaine d’une attribution à Artémis.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>