Recherche Apollon désespérement

Comme beaucoup de passionné(e)s d’archéologie, j’ai été attiré par un film qui promettait beaucoup : « l’Apollon de Gaza ». Le synopsis en lui-même était de nature à susciter l’intérêt et la curiosité de tout un chacun : « En 2013, une statue d’Apollon, vieille de plus de 2000 ans, est trouvée au large de Gaza avant de disparaitre subitement. Dieu des Arts, de la Beauté et des Divinations, l’Apollon suscite toutes les rumeurs, même les plus folles. A la fois film-enquête et réflexion sur l’Histoire, l’Apollon de Gaza nous immerge dans la réalité méconnue d’un territoire qui paie encore le prix des guerres et d’un blocus impitoyable, mais où la vie subsiste, insoumise. Apportant un peu de lumière dans le ciel de Gaza, la statue et son histoire stupéfiante pourrait redonner une part de dignité et d’espoir à tout un peuple ». Le teaser que l’on trouve sur le site Internet de la société de production ou celle de distribution m’a donné également l’irrésistible envie d’aller le voir.

ApollonGaza2

Image extraite de l’affiche du film

A l’issue de la projection du film, je me suis confronté à des questions auxquelles je désirais avoir des réponses. Statue vraie ou fausse ? Datée de 332 av. J-C, comme l’affirme un des protagonistes du film ? Après avoir lu l’article du Monde du 12 avril 2014 de Laurent Zecchini, qui fut, pour Nicolas Wadimoff  le réalisateur du film, l’élément déclencheur  de cette enquête et examiné les rares images publiées de cette découverte, ma conviction personnelle, confortée par les avis de la plupart des acteurs de ce documentaire, est que cette statue est bien originale. Reste à savoir où elle a vraiment été mise au jour et de quand elle date? Dans son état actuel je doute, comme certains protagonistes du film, qu’elle ait séjourné très longtemps dans la mer. Une hypothèse intéressante est qu’elle a été mise au jour lors de la construction d’un des nombreux tunnels sous Gaza. Ceux qui l’ont découvert, désirant rester discrets et cachés, compte tenu de la nature de leur ouvrage, auraient décidé de l’extraire et de la balancer en mer, dans un espace qui n’appartient à personne. Quant à sa datation, d’un point de vue stylistique et historique, je la vois comme une copie d’époque romaine (entre les 1er siècle avant et après J.-C) d’une statue grecque du Ve siècle avant J.-C, comme l’Apollon de Piombino qui se trouve exposé au musée du Louvre. Seule, bien sûr, une étude complète de la statue permettrait d’en savoir plus. Il ne nous reste plus qu’à attendre, pour boucler l’enquête, que ceux qui tiennent l’Apollon de Gaza en otage le relâche . Dans ce cas cette statue pourrait être l’élément emblématique d’un futur musée de Gaza qui attend depuis un certain temps d’être inauguré.

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>