Le retour des momies

L’intérêt pour les momies ne se dément pas, comme ce blog s’en est fait récemment l’écho en parlant des expositions de Bâle et de Delémont à leur sujet. Une vague médiatique suscitée par la découverte le 13 juillet des corps momifiés d’un couple valaisan disparu en 1942 sur le glacier de Tsanfleuron entre les cantons du Valais et de Berne est là pour le démontrer. La semaine dernière, dans le massif français du Mont-Blanc ce sont une main et une jambe, conservées par la glace qui ont été mise au jour  et qui pourraient appartenir à des passagers victimes d’un accident d’avion de la compagnie Air India en 1966. Ces vestiges du siècle dernier viennent à propos pour nous rappeler que la montagne est susceptible de délivrer des documents bien plus anciens, aidée en cela par le réchauffement climatique. Les neiges dites éternelles de nos sommets ne le seront bientôt plus. Les climatologues prévoient que d’ici 20 ans les glaciers auront perdu 30% de leur substance et que d’ici la fin du siècle ils auront tous fondu.
Jambière
Jambière en cuir néolithique à l’emplacement de sa découverte sur le Schnidejoch. Cliché de 2007. © Service archéologique du canton de Berne, Urs Messerli.

La fonte des glaciers concerne tout particulièrement les archéologues qui depuis la découverte d’Ötzi en 1991 ont pris progressivement conscience de l’urgence de procéder à des recherches en haute altitude. Durant l’été caniculaire de 2003, alerté par une randonneuse, le Service archéologique du canton de Berne a découvert, sur le col du Schnidejoch entre Sion et Thoune, un carquois à flèches en écorce de bouleau.  Poursuivant leurs recherches les années suivantes, les archéologues bernois ont mis au jour des centaines d’autres objets, dont une jambière en cuir (voir photo ci-dessus) perdue par un hypothétique Schnidi ayant vécu au Néolithique vers 3000 avant J.-C. Le bilan de ces travaux a été publié en 2015 dans un ouvrage en deux tomes. D’octobre 2013 à fin 2016, le projet kAltes Eis, initié par l’archéologue Leandra Naef, a fait l’inventaire à l’aide des méthodes GIS de tous les sites potentiels dans le canton des Grisons, ce qui a amené la découverte de nombreux restes, comme celui de la momie d’un jeune chamois. En conclusion de toutes ces recherches, il s’avère que si les vestiges du passé ne sont pas découverts et mis en sureté très rapidement après avoir été libérés de leur gangue de glace, ils pourraient se perdre ou être abîmés à jamais, surtout les objets en matériaux organiques comme le bois, le cuir et les fibres animales ou végétales, de même que les momies humaines ou animales. Un rappel est donc adressé à tous les alpinistes et randonneurs des Alpes à prendre la peine de signaler toutes découvertes de cette nature aux autorités et spécialistes concernés.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>