Archéologie forensique au Pérou

Dans le cimetière inca de Puruchuco, au nord-est de Lima, des milliers de momies y ont été découvertes depuis 1999. Mais à partir de 2004, les archéologue péruvien Guillermo Cock et Elena Goycochea ont annoncé avoir mis au jour 72 squelettes, enterrés en hâte à faible profondeur sans les usages traditionnels qui faisaient reposer la tête vers l’est, dont 35 montrent des signes de mort violente. Parmi ces ossements, un crâne de jeune homme présente un trou circulaire qui, analysé à l’institut de forensique de l’université de New-Haven dans le Connecticut aux Etats-Unis, a montré des traces évidentes de fer. L’impact pourrait avoir été causé par une balle de mousquet, une arme à feu utilisée par les Espagnols lors de la Conquête de l’Empire Inca. Des céramiques issues du même site permettent de dater l’origine des ossements aux alentours des années 1530. La victime serait ainsi parmi les plus anciennes personnes tuées par balle du continent américain.

Puruchuco

Une victime inca tuée par balle (photo:E. Goycochea)

Tous ces autochtones, semblent avoir été les victimes d’une confrontation avec les conquistadors, peut-être lors du siège de Lima par les troupes de Francisco Pizarre durant l’été 1536. Mais si certains corps présentent également des marques de coups donnés par des armes à feu ou tranchantes européennes, d’autres montrent des traces de blessures d’armes indigènes comme des haches de pierre et des flèches. « Cela confirme le soutien de troupes indigènes aux conquistadors », un élément qui était souvent passé sous silence par les chroniques de l’époque, relève Guillermo Cock. Pour plus de détails et des images un petit documentaire sur le sujet est accessible sur YouTube.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>