Les voies de l’archéologie croisent celles du tourisme

Le premier colloque « Archéologie et Tourisme en Suisse » s’est achevé aujourd’hui par une excursion touristique des plus traditionnelles dans les environs de Thoune. Pendant deux jours, une cinquantaine de professionnels des milieux concernés auront pu confronter leurs idées sur la place que doit occuper l’archéologie dans l’offre touristique suisse. Le premier constat qu’ils ont pu dresser c’est que bien que l’archéologie bénéficie de l’intérêt du grand public, la richesse archéologique de la Suisse souffre d’un déficit d’image auprès des offices du tourisme. Face à la pléthore d’offres d’activités soumise aux visiteurs, les quelque 800 sites archéologiques à visiter que compte notre pays ou les Via Storia, ont du mal à se faire une place. Pour les milieux du tourisme, l’archéologie doit commencer par se rendre intéressante.  Mais pour quel type de public ? Charge aux acteurs du tourisme de nous dessiner un touriste.  A défaut de répondre à toutes les questions qui auront été soumises, les discussions auront permis aux uns et aux autres de poser  les bases de la problématique et d’établir des liens pour le futur .
Legionärs Pfad
Extraits de la brochure Legionärspfad

Après la discussion il faut passer aux actes. Parmi les exemples innovants d’intégration de l’archéologie et du tourisme en Suisse, la mise en place du  « Sentier des légionnaires » (en allemand, Legionärspfad)  par le musée du canton d’Argovie (Museum Aargau) est exemplaire de ce que l’on peut faire de mieux dans le domaine de la médiation culturelle pour valoriser l’archéologie auprès des milieux du tourisme. Reprenant l’idée des parcs à thème, mais avec le sérieux scientifique et les connaissances acquises par les archéologues, cette attraction propose d’éprouver l’expérience de vie d’un légionnaire de l’armée romaine le temps d’une journée. A Windisch, groupes, classes d’école, familles et  particuliers sont invités à revêtir l’équipement des recrues et à découvrir  de façon ludique neuf ambiances illustrant la vie de garnison, dans les ruines de ce qui était il y a 2000 ans le camp légionnaire de Vindonissa, l’un des 28 camps des Légions réparties dans l’Empire romain, mais le seul situé sur le territoire suisse.  Parmi les scènes à découvrir signalons celles de la cuisine des officiers, des thermes et de l’aqueduc romain toujours en usage. Certains des lieux à découvrir ne sont accessible aux visiteurs que dans le cadre de cette expérience. Pour les recrues les plus motivées il est même possible de passer une nuit dans un Contubernia, le logement de la troupe parfaitement reconstitué selon les connaissances archéologiques. Là elles peuvent faire du feu, se préparer une bouillie et dormir sur un lit rembourré avec du foin. Des médiateurs particulièrement bien formé, qui ont parfois fait leurs classes au sein de la Legio XI Claudia Pia Fidelis, sont prêts à répondre aux questions des participants. Ouvert du 1er avril au 31 octobre, le Legionärspfad a accueilli en 2011, 33’000 visiteurs et comptabilisé 3600 nuitées.  Ce n’est donc pas un hasard si la réalisation de ce projet à gagné en 2011 le troisième prix du concours « Milestone de Tourisme Suisse » dans la catégorie « Projet remarquable ».


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>