Mobilisation pour la protection du patrimoine culturel

Vendredi 24 mars, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l’unanimité la résolution 2347 visant à la protection du patrimoine culturel en situation de conflit armé. Le texte de la résolution affirme que le fait de lancer une attaque contre des sites et des bâtiments consacrés à la religion, à l’enseignement, à l’art, à la science ou à la bienfaisance, ou contre des monuments historiques peut constituer, dans certaines circonstances et en vertu du droit international, un crime de guerre et que les auteurs de ce genre d’attaque doivent être traduits en justice. Pour appuyer cette résolution les pays du G7 se réunissent ce jeudi et ce vendredi à Florence sur le thème de «la culture comme instrument de dialogue entre les peuples ». Le but poursuivit depuis quelques années par l’Italie vise à développer une force d’intervention pour la défense du patrimoine, sorte de « casques bleus de la culture », qui compte actuellement une soixantaine de spécialistes, alors que la France cherche à alimenter un fonds international pour la protection du patrimoine culturel en péril en période de conflit armé qu’elle a institué le 3 décembre 2016 lors de la Conférence Abou Dhabi. La réunion à Florence des ministres de la Culture du groupe des sept pays les plus riches de la planète devrait aboutir sur un document final instituant le G7 de la culture. Mais, depuis que l’humanité connait la guerre, des destructions suivies parfois de reconstructions ont toujours existé et les bonnes résolutions d’aujourd’hui ni changeront rien.

Sarajevo
La bibliothèque de Sarajevo, incendiée puis reconstruite (Photo : Christian Bickel)

A titre d’exemple, la semaine dernière, mardi 21 mars, en marge du printemps culturel 2017 « Carrefour Sarajevo », j’ai eu l’occasion d’assister à la conférence de Nadia Capuzzo Derkovic, sur la préservation et la reconstruction du patrimoine culturel en Bosnie-Herzégovine. Dans ce pays aussi, dans et autour de sa capitale Sarajevo, des destructions souvent ciblées ont mis à mal une partie importante de son patrimoine culturel entre 1992 et 1995 lors du siège de la cité. Bien avant la destruction en 2001 des Bouddhas de Bamiyan, des mausolées de Tombouctou, des cités antiques de Palmyre ou de Ninive, pas moins de 713 édifices ayant une valeur culturelle ont été complètement détruits et 554 autres, incendiés. A l’issue de la guerre, réglée par les accords de Dayton, la Bosnie-Herzégovine se voit partagée en deux entités territoriales, la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine et la République serbe de Bosnie, que se partagent trois ethnies : bosniaque, croate et serbe. Comment à partir d’une telle division un programme de reconstruction a été mis en œuvre et selon quels critères ? L’exemple bosnien montre que des choix identitaires président à la volonté de reconstruire ou de mettre en valeur certains types de monuments et pas les autres en fonction de la zone ethnique dans laquelle ils se trouvent. Ainsi une mosquée, même réduite au bulldozer à ses fondations pendant la guerre est susceptible d’être reconstruite en zone bosniaque, alors que rien ne sera fait pour elle dans la zone serbe. Le conflit a eu comme conséquence de réduire significativement la diversité ethnique dans les différents cantons du pays. Comme l’exemple bosnien nous l’a montré il y a 25 ans, la destruction et la reconstruction d’éléments relevant du patrimoine relèvent de valeurs et d’enjeux directement en prise avec les populations locales qui sont prêtes ou pas à reconnaître ces objets comme faisant partie ou non de leur patrimoine. Dans ce contexte, la restauration de la cité antique de Palmyre doit d’abord dépendre de la volonté des Syriens de la reconstruire quand le calme sera revenu chez eux. En attendant une éventuelle reconstruction en dur, un projet de restitution virtuelle a été mis en œuvre.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>