Le Patrimoine culturel est menacé à Neuchâtel

Dans le canton de Neuchâtel, comme ailleurs, lorsqu’un gouvernement est à la recherche de coupes rases dans la forêt de son budget, c’est la culture qui est en première ligne pour subir les lames des tronçonneuses. A l’orée de ce bouquet culturel, l’archéologie est malheureusement bien placée pour être menacée, car au fond de ses fouilles, elle est plus facile à enterrer. L’Office du patrimoine et de l’archéologie du canton de Neuchâtel (OPAN) est constitué de trois sections : la conservation du patrimoine, l’archéologie et le Laténium ou parc et musée d’archéologie. Il y a quelques mois, pour répondre à une contribution d’exploitation assurée au Laténium pour les cinq prochaines années par l’Office fédéral de la Culture, le gouvernement s’était engagé à assurer dans cet intervalle la subvention cantonale allouée au musée et même à la développer. Engagé par cette promesse, l’exécutif du canton, autrement dit le Conseil d’Etat (CE) en mal de réductions budgétaires, ne pouvait abattre sa foudre olympienne, tel Jupiter, que sur les deux autres entités de l’OPAN. Ainsi, sans concertation aucune avec les responsables de section directement concernés, le CE a proposé dans son plan financier de diminuer à terme de 40% les moyens alloués à l’archéologie et de 25% ceux de la conservation du patrimoine.
ManifestationOPAN
Soutien au Patrimoine culturel dans la cour du château

Face a une volonté affirmée et certainement nécessaire de diminuer les déficits récurrents de l’Etat, il y a peu de choses possibles à entreprendre, sinon se rendre visible et se coucher devant le bulldozer chargé de détruire ce qu’il reste de la maison, comme l’ont déjà fait par deux fois, les 5 et 19 décembre, le personnel de l’OPAN et les personnes désireuses de soutenir l’archéologie et le patrimoine neuchâtelois. Car le Grand Conseil et le CE devraient savoir que l’on ne peut conserver une structure en ne gardant que le toit. En attaquant les fondations, que défend l’archéologie et les murs sauvegardés par le patrimoine, le toit visible de loin, qui couvre les salles et les vitrines du musée, perd son assise et est directement touché lui aussi, même si la volonté initiale était de l’épargner. Il faut savoir que l’OPAN est issu du regroupement, en 2012, de l’Office de la protection des monuments et des sites et de l’Office et musée d’archéologie. A cette époque déjà, le but était de diminuer les dépenses de l’Etat en fusionnant les Offices pour n’en faire qu’un, et de n’en garder que la substantifique moelle pour que les entités puissent remplir leurs taches légales en synergie les unes par rapport aux autres. Dès lors, comment comprendre cinq ans plus tard, que l’on puisse encore diminuer ce qui a déjà été réduit au minimum vital sans remettre en cause l’ensemble de l’OPAN. Après avoir subi une réduction de ses membres, il ne peut se résoudre à voir sans manifester le corps amputé de sa tête. Alors que 2018 est annoncé en Suisse et en Europe comme l’Année du Patrimoine culturel, force est de constater que dans le Canton de Neuchâtel cette année est déjà placée sous de bien sombres auspices.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>