Pourquoi Rome s’est effondré ?

L’interconnexion des populations occidentales dans le monde globalisé d’aujourd’hui n’est pas sans rappeler celle qui a lié toutes les populations comprissent dans l’espace culturel que l’histoire a retenu comme étant l’Empire romain. Cet empire pu conserver pendant au moins deux siècles l’intégrité de ses frontières grâce à la supériorité logistique et technologique de ses légions bien retranchées derrière le limes. Mais si la puissance de Rome fut aussi grande, elle le doit aussi a une période particulièrement favorable appelée « optimum climatique romain », qui a permis de nourrir et de faire croitre sans difficulté sa population, jusqu’à atteindre 75 millions d’individus. Pour expliquer la fin de cet Empire, on évoque le plus souvent les invasions des peuples dit barbares (car ne parlant ni le grec ni le latin). En fait, loin d’être une cause, cette invasion ne semble avoir été qu’une conséquence de déséquilibres hors du contrôle des empereurs ou du Sénat et du peuple de Rome, suffisamment discrets pour qu’ils aient échappé jusqu’à peu à la réflexion des historiens.
Cole_Thomas_Destruction
Destruction par Thomas Cole

Dans « Comment l’Empire romain s’est effondré », Kyle Harper, professeur d’histoire à l’Université d’Oklahoma démontre que plusieurs vagues de grandes pandémies conjuguées avec l’arrivée d’un changement climatique, le petit âge glaciaire de l’Antiquité tardive, furent des causes bien plus importantes que les grandes invasions. Etonnamment, c’est là où l’on pensait que l’Empire romain avait été le plus efficace, c’est-à-dire dans la construction de routes sur l’ensemble de son territoire, le développement des villes et leur réseau d’adduction d’eau et d’égouts qui serait la cause de son effondrement. Sans connaissances approfondies en médecine la promiscuité des populations à l’intérieur des villes ainsi que le réseau dense des échanges par voies terrestres et maritimes, favorisèrent la propagation d’au moins trois épidémies de pestes particulièrement mortelles. D’abord les pestes dites antonines en l’an 165 et de Cyprien en 251 voient la population de l’Empire stagner, avant de diminuer considérablement lorsque survint la peste bubonique de Justinien à partir de 541. La détérioration du climat, amenant une succession de mauvaises récoltes et des famines, la démographie ne put compenser les pertes dues aux épidémies. En l’espace de deux siècles, la population de la ville de Rome passa ainsi de près d’un million d’habitants à seulement 20’000. Ce qui est arrivé à Rome pourrait bien aussi nous arriver. Nous ne sommes pas définitivement à l’abri d’un effondrement dû au réchauffement climatique associé à de nouvelles maladies décimant les populations.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>