Choc de Civilization

Contrairement à ce qu’en dit une certaine presse pour effrayer des parents qui n’ont pas prise dans l’univers informatisé de leurs enfants, les jeux vidéos ne sont pas tous violents et permettent même d’acquérir des connaissances.

Parmi ces jeux intelligents, je recommande avant tout la série des Civilizations, dont la version IV, la dernière, avec son extension Warlord peut être qualifiée de meilleur jeu de stratégie actuel. Le but de ce jeu n’est rien moins que de diriger un peuple (à choisir parmi une vingtaine) vers son brillant destin : devenir la première civilisation a envoyer une fusée dans l’espace, a s’imposer par le rayonnement de sa culture et de sa religion, ou a parvenir à conquérir militairement le globe. Les conditions de victoire sont donc multiples et se modèlent au goût du joueur. Civilization est avant tout un jeu de gestion où l’agilité et la dextérité ne jouent aucun rôle, au contraire de la stratégie et de la tactique.

début de civilization

Début de partie sur une carte du monde

Le jeu commence au début du 4ème millénaire av.J.-C. par la fondation d’une première ville, la capitale. Au commencement, seule la région située autour de la capitale est connue, le reste du monde demeurant Terra incognita. Ce n’est qu’en envoyant des explorateurs au loin et en échangeant des cartes avec les autres peuples que petit à petit on se fait une idée plus précise des contours du vaste monde dans lequel on se trouve plongé. A la suite des découvertes, la gestion consiste en premier lieu à savoir placer ses colonies et ses routes dans les endroits les plus intéressants afin de s’assurer le contrôle des ressources – matières premières et produits de luxe – réparties sur le globe. Ce qui permet le plus souvent d’obtenir une victoire c’est de parvenir à progresser plus rapidement que les autres nations dans la séquence des techniques. Et dès le départ il faut se poser des questions cruciales comme : vaut-il mieux commencer par la découverte de la poterie, l’exploitation minière ou celle de la roue ? quel régime politique privilégier et quelle religion adopter? C’est à ce genre de choix épineux que l’on se trouve confronté tout au long de cette simulation de l’aventure humaine. En outre, en fonction du niveau de difficulté choisi, il sera plus ou moins facile de s’assurer une avance technologique sur les civilisations concurrentes.
En marge de ce parcours historique il faudra aussi décider des Grandes Merveilles mondiales que l’on aimerait construire, pour disposer d’un surcroît d’influence culturelle. Le choix de réalisation est vaste. Cela part des Grandes Merveilles de l’Antiquité (la grande Pyramide, le Colosse, le grand Phare et bien d’autres) à l’Ascenseur spatial qui permet de doubler la vitesse de production de son vaisseau spatial.
Si on est de nature pacifiste, on peut établir avec ses voisins des relations diplomatiques et commerciales permettant de maintenir un régime de paix. A moins que, le temps d’une partie, on préfère se transformer en un nouvel Alexandre, César, Gengis Khan ou Napoléon et se tailler un empire à sa démesure, grâce à la puissance de ses troupes.
Mais même dans le premier cas, selon l’adage bien connu, qui veut la paix prépare la guerre, on aura soin d’investir dans une force armée dissuasive, apte à calmer les ardeurs guerrières d’un voisin belliqueux.
Pour accroître ses connaissances, on peut à tout moment consulter la Civilopédia qui donne des renseignements complémentaires sur les personnages, les unités militaires, les bâtiments et les choses que l’on est amené à construire ou à rencontrer au cours du jeu.
Enfin, si aucune civilisation ne réussi à s’imposer d’une manière ou d’une autre avant l’an 2050 de notre ère, c’est alors le nombre de points de civilisation accumulés qui déterminera le dirigeant vainqueur de la partie.
En résumé, Civilization est un jeu captivant que l’on peut recommander aux jeunes dès 10 ans, qui demande, à l’instar d’une partie d’échec, calme et réflexion, tout le contraire d’un jeu d’action violent. Et si par la suite vous en avez assez de vous mesurez à des civilisations gérée par l’ordinateur, il est possible d’affronter d’autres joueurs humains en réseau ou sur internet.
Pour plus d’informations, des conseils, des scénarios et des parties multijoueurs, voir le site internet civfr.com, le dynamique forum de la communauté francophone des joueurs.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>