ArchéoA16 en résumé

Le 4 mai 2013 va s’ouvrir simultanément dans les trois districts du canton du Jura, ARCHÉO A16, une grande exposition rétrospective des découvertes  réalisées au cours de 25 années de fouilles le long du tracé de l’autoroute A16, dite Transjurane. Comme l’annonce en détail, en guise d’accroche publicitaire le futur ticket d’entrée de cette exposition multisites, ce ne sont pas moins de 8’054 tranchées de sondage, 44 fouilles et 644’318 objets inventoriés, qui constituent l’héritage archéologique de ce vaste chantier de génie civil. Pas moins de quatre musées se sont associés avec  la Section d’archéologie et paléontologie de l’Office de la culture du Jura pour former  un Comité de pilotage chargé de la réalisation de cet ambitieux projet. Le thème retenu est des plus simples puisque les quatre musées se sont partagés les artéfacts en fonction de leur matière de base. Ainsi les métaux seront présentés au Musée Jurassien d’Art et d’Histoire de Delémont, la terre (soit la céramique et le verre) au Musée de l’Hôtel-Dieu à Porrentruy, la pierre au Musée des Sciences Naturelles dans la même localité et, enfin, les matières organiques (os et bois) au Centre Nature des Cerlatez  près de Saignelégier.

ArchéoA16

Extrait de l’affiche de l’exposition.

Aujourd’hui a eu lieu à Porrentruy, dans le cadre cossu du Musée de l’Hôtel-Dieu,  la conférence de presse en relation avec cette exposition. Comme j’ai été mandaté par le Comité de pilotage pour agir en tant que commissaire d’exposition dans les quatre lieux, il m’est possible de dire que la première sélection des objets s’est faite en parcourant les images et les planches contenues dans les 32 volumes de la série des Cahiers d’archéologie jurassienne consacrés uniquement aux découvertes liées à l’A16. A l’arrivée, une liste de plus de 1400 objets. Pour l’instant, seule une partie d’entre eux sont présents sur le site internet conçu en lien avec l’exposition et la résume. Mais petit à petit, ce petit noyau va s’enrichir de nouvelles adjonctions et ainsi, lorsque les musées de briques et de ciments auront  fermés leurs portes à leur partie d’exposition, il sera toujours possible de la parcourir virtuellement.

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>