Le blues de Mytilène

L’île de Lesbos fut la destination de mes dernières vacances familiales. Ce fut également le lieu de naissance de la poétesse Sapho et la dernière résidence connue de la tête d’Orphée. Malgré son riche passé, sur le terrain, peu de chose à voir facilement, si ce n’est le temple dédié à la triade Hera, Zeus et Dionysos à Messa, dont la restauration a bénéficié de subventions de la communauté européenne, mais pourvu d’une route d’accès qui n’est qu’un étroit chemin pierreux et poussiéreux. Toutefois, la ville de Mytilène dispose d’un musée d’archéologie formé de deux bâtiments (un ancien et un nouveau) qui abrite les plus belles découvertes effectuées sur l’île. Parmi elles, quelques belles mosaïques, dont l’une présente des scènes de théâtre antique ainsi que de nombreuses sculptures bien mises en valeur dans le nouveau bâtiment qui a reçu, par ailleurs, la distinction 2004 des musées de Grèce.

Musée archéologique de Mitylène

Interdiction de photographier dans ce musée

Cependant, pas moyen de rapporter un témoignage personnel des pièces intéressantes ou de la mise en scène muséographique car interdit de prendre la moindre photographie même sans flash sous prétexte que les pièces exposées ne sont pas encore publiées. Bien sûr, en tant qu’archéologue il suffirait, je l’espère, de s’approcher du conservateur ou mieux encore de son autorité de tutelle, de faire valoir ses titres et d’obtenir ainsi l’autorisation de photographier sous conditions. Mais je me mets dans la peau du visiteur lambda, et je ne trouve pas normal qu’il ne puisse pas emporter un souvenir photographique d’un patrimoine qui est la propriété de la collectivité tout entière et pas uniquement celle de la caste des conservateurs. L’interdiction de photographier, lorsqu’aucun problème de conservation ne la justifie, n’est pas à l’honneur des administrations des musées qui la maintiennent. Elle ne fait que créer une distance peu propice à l’attachement du public pour l’institution muséale qui en abuse. Et sans image, pas de mémoire, et le musée disparaîtra dans l’oubli de ses visiteurs d’un jour. En conclusion, comme pourrait le signaler le blog d’une spécialiste du web, on est, à Mytilène, encore loin du musée virtuel. Le blues du visiteur remplace le bleu de Mytilène.


One Response to Le blues de Mytilène

  1. Gérard Caillieux

    En parlant de “blues de Mitylène”, peut-être ne crois-tu pas si bien dire !
    Selon Aristoxène, Sappho aurait inventé le mode mixolydien ; une gamme que l’on peut jouer sur les touches blanches d’un piano : sol / la / si / do / ré / mi / fa / sol. Autrement dit, une gamme incluant d’office une septième mineure au lieu de la septième majeure traditionnelle… encore autrement dit : la gamme “blues” !
    Je voulais faire une chanson là-dessus et l’appeler “Le blues de Mitylène” avec références à Sappho (à qui l’on devrait aussi paraît-il l’invention du plectre ou médiator), le mode mixolydien, etc. Mais, bon, tu avais trouvé le titre avant moi… tant pis !
    Gérard

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>