De tout, sur Tut

Il n’y a pas à dire, Toutankhamon est un nom qui attire les foules. Il suffit d’évoquer son nom et c’est quasiment la réussite assurée. En 2004 une partie du mobilier funéraire de sa tombe avaient fait, à grands renforts de publicité et grâce à l’aide financière (sponsoring) d’une grande banque, le voyage du Caire jusqu’au Musée des Antiquités de Bâle, et ce fut un grand succès. Demain, 8 mars 2008, c’est Zurich qui évoque son nom pour faire venir les curieux et remplir les trains sous le titre «Toutankhamon – Son tombeau et ses trésors». Mais, cette fois-ci, aucun des artéfacts ayant accompagné le jeune pharaon dans sa tombe n’est exposé. C’est le tombeau lui-même (KV62) et son contenu qui ont été reproduits. Sur plus de 4000 mètres carrés ont été reconstituées, grandeur nature, les quatre chambres funéraires du souverain et les quelques 2000 offrandes qu’elles contenaient. C’est donc à une découverte en trois dimensions, mais sans la chaleur et la poussière, que seront conviés les visiteurs, qui, le temps de leur passage dans l’exposition, se mettront dans la peau de l’archéologue Howard Carter. Un film et des animations, comme la vidéo de présentation, devraient renforcer leur imagination. L’expérience qualifiée de « divertissement éducatif » par le service de presse de l’organisateur est à vivre jusqu’au 29 juin 2008.

Tombe KV62
Intérieur (vrai) de la tombe de Tut (photo TMP)

Il est piquant de constater que, quand il s’agit de Toutankhamon, les commanditaires de la manifestation semblent pouvoir assurer le succès de l’évènement en n’exposant que des copies de bonne facture. Il y a quelque mois, une exposition présentant également de bonnes copies de quelques éléments de l’armée en terre cuite du premier empereur chinois Qin Shi Huangdi a fait scandale, car le public, et, semble-t-il, les conservateurs eux-mêmes, n’avaient pas été conscients de la supercherie, comme le rappelle en détail le blog «Les Chroniques d’un Amateur … professionnel». Pour comparer le faux du vrai, et chercher à faire la différence entre le vrai faux qui fait vrai ou le faux vrai qui fait faux, il ne faut pas toujours être un expert, pas vrai ? Il suffit simplement de partir pour Londres, et de réserver son billet pour l’exposition « King Tut ». Là-bas également le seul nom du pharaon déplace le public : plus de 500’000 billets ont déjà été vendus depuis l’ouverture. Il pourrait y en avoir un million d’ici la fermeture prévue le 31 août. Et pour ceux qui n’aiment ni les voyages, ni la foule, ils pourront rester dans l’actualité de Tut, tout en demeurant chez eux, en se procurant le dernier roman de Christian Jacq : «Toutankhamon, l’ultime secret » qui vient de paraître en librairie.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>