Le retour de Saint Paul (suite)

Comme annoncé la semaine dernière le sarcophage de Saint Paul a été présenté aujourd’hui à la presse et dorénavant tout visiteur et pèlerin de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs pourra le voir par une ouverture aménagée sous l’autel principal. La mise au jour du tombeau date de 2002, mais ce n’est qu’en 2005 que le sarcophage, placé sous une dalle qui porte l’inscription « Paulo apostolo mart », a été officiellement attribué à Saint Paul. Il n’est pas prévu d’ouvrir le sarcophage pour en vérifier le contenu et se livrer a de plus amples investigations.

Le sarcophage de l’évêque Nicolas Schiner

La découverte de la tombe de Saint Pierre sous la basilique Saint-Pierre du Vatican avait, quant à elle, été le sujet d’une grande polémique sur l’authenticité des vestiges attribués à l’apôtre. C’est sans doute pour ne pas revivre une telle controverse que les autorités ecclésiastiques ont préféré, cette fois-ci, de ne pas aller plus avant dans l’exploration. On se souvient aussi qu’en Suisse, la découverte, puis l’ouverture du sarcophage de l’évêque Nicolas Schiner, décédé en 1510, fut également le sujet d’une grande interrogation, puisque les restes de l’homme d’église, identifiables grâce à ses vêtements sacerdotaux, étaient accompagnés de ceux d’une jeune personne, dont le sexe n’a pu être défini avec certitude. Découvert en 1962, ce n’est qu’en 2005 que les autorités valaisannes décidèrent de lever le voile de pudeur sur cette affaire en replaçant le sarcophage de l’évêque et son trouble contenu dans l’église de Saint-Théodule à Sion.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>